"Historique, après un quart de siècle, la Flandre obtient ce qu'elle désire"

23/07/14 à 11:24 - Mise à jour à 11:24

Source: Le Vif

Après la formation surprise d'un gouvernement flamand avec le CD&V, la N-VA et l'Open VLD, les éditorialistes flamands s'accordent pour dire que les trois partis sont victorieux. Cependant, ils mettent les politiques en garde contre l'instabilité apportée par une coalition suédoise au niveau fédéral. "Il faudra voir si le MR dispose d'épaules assez solides pour porter le déséquilibre entre le côté flamand et wallon".

"Historique, après un quart de siècle, la Flandre obtient ce qu'elle désire"

© Belga

Het Laatste Nieuws: "Bart De Wever fuit à nouveau ses responsabilités"

Bien que les formateurs Charles Michel et Kris Peeters aient été désignés pour "monter solidement la coalition Ikea de sorte qu'elle puisse résister pendant cinq ans", le journaliste politique Jan Segers estime qu'ils ne sont pas les véritables maîtres d'oeuvre de cette coalition. "Le véritable architecte s'appelle De Wever", écrit-il. "Il est parti pour réaliser ce qui n'a plus été réussi depuis un quart de siècle : un gouvernement sans le PS".

Pour se faire, De Wever a dû consentir à une concession : laisser le 16 à Kris Peeters. "Le pays sera dirigé par un ministre-président perdant qui considère le poste de premier ministre comme une dégradation. Nous sommes donc bien en Belgique, car ailleurs on ne parviendrait pas à vendre cette logique tordue" ajoute Segers.

Pour Het Laatste Nieuws, la Flandre n'a pas voté pour Kris Peeters, mais pour Bart De Wever. D'après le journal, De Wever dira qu'il reste fidèle à Anvers alors qu'en fait il est lâche: "Il préfère être bourgmestre d'un demi-million d'Anversois plutôt que ministre-président de six millions de Flamands ou premier ministre d'onze millions de Belges".

De Morgen: "Le PS aurait-il été mis hors jeu s'il n'avait pas conclu un accord surprise avec le cdH sur un gouvernement bruxellois et wallon" ?

De Morgen s'interroge sur le rôle joué par le PS dans la composition de cette coalition suédoise. "Le PS aurait-il été également mis hors jeu s'il n'avait pas conclu un accord surprise avec le cdH sur un gouvernement bruxellois et wallon début juin "?
Selon le rédacteur Bart Eeckhout, en prenant cette initiative le PS a poussé la concurrence dans les bras l'un de l'autre. Le quotidien évoque également les risques d'une coalition suédoise qui reposera sur les épaules du MR.

De Standaard: "Le PS est hors jeu, cela n'avait pas de prix pour la N-VA"

Selon De Standaard, Bart De Wever était prêt à payer n'importe quel prix pour former un gouvernement fédéral sans le PS. Pour s'attacher le CD&V il lui a concédé les postes d'Enseignement et de Bien-Être, et Kris Peeters sera probablement premier ministre. En échange, les chrétiens-démocrates ont ouvert le gouvernement flamand à l'Open VLD.

De Tijd: "Historique, après un quart de siècle, la Flandre obtient ce qu'elle désire"

Le journal De Tijd qualifie le moment historique tout en mettant en garde le futur gouvernement fédéral. "Il n'y a donc plus d'excuses. On ne pourra plus accuser le PS".

En savoir plus sur:

Nos partenaires