Fusillade de Liège: il lui demande si elle est musulmane et si elle fait le ramadan

30/05/18 à 15:55 - Mise à jour à 15:55

Source: Belga

"Il fallait que ça arrive ce que je fais", a dit mardi Benjamin Herman, l'auteur de la tuerie de Liège, à Darifa, une femme de ménage de l'école De Waha, selon le témoignage recueilli par la RTBF.

Fusillade de Liège: il lui demande si elle est musulmane et si elle fait le ramadan

© Belga

Après avoir tué trois personnes, Benjamin Herman a fait irruption dans le hall d'entrée de l'athénée Léonie de Waha, dans le centre de Liège. Il tombe sur l'une des femmes de ménage de l'établissement et la prend en otage. Il demande à la femme si elle est musulmane et si elle fait le ramadan. Darifa lui répond par l'affirmative et reçoit l'assurance qu'il ne lui arrivera rien.

"Je lui ai dit qu'il n'était pas dans le bon endroit, t'es dans une école ici, il y a plein d'enfants, et à un moment j'ai fait un signe avec mes mains pour montrer aux professeurs qui étaient dans la cour qu'il fallait qu'ils partent de la cour, mais je crois qu'ils ne comprenaient pas."

Le tueur tire ensuite vers la cour de l'école. Devant les pleurs et les hurlements de la femme, il lui explique qu'il veut "faire mijoter les flics, les faire bouillir". La femme l'exhorte à se rendre et lui demande pourquoi il fait ça.

"Il a dit: il fallait que ça arrive ce que je fais. J'ai discuté avec lui pour lui dire d'arrêter, de calmer les choses mais pas moyen", ajoute Darifa, très émue.

Le tueur finit par demander à la femme d'ouvrir la porte et il sort. Il sera abattu par la police.

"Je crois qu'il avait conscience que c'était fini pour lui", dit-elle encore.

Au cours de la conversation, Benjamin Herman a invoqué trois fois Allah. Aux pleurs de Darifa quand il tire vers la cour de récréation, il a opposé le sort de ses "frères palestiniens" et de ses "frères syriens".

Nos partenaires