Francken: "La stratégie d'Amnesty et des ONG, ça, une honte pour l'Europe"

18/03/17 à 07:20 - Mise à jour à 09:56

Source: Belga

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) a réagi avec virulence, samedi via les pages de la Dernière Heure, aux critiques d'ONG, dont Amnesty, visant l'accord migratoire conclu en mars 2016 entre l'Union européenne et la Turquie.

Francken: "La stratégie d'Amnesty et des ONG, ça, une honte pour l'Europe"

Theo Francken © BELGA/Kurt Desplenter

Amnesty International avait notamment estimé vendredi, à la veille du premier anniversaire de cet accord visant à endiguer le flux de migrants vers l'Europe via le territoire turc, qu'il était une "honte", une "tache sur la conscience collective de l'Europe". "Une honte pour l'Europe?! La stratégie d'Amnesty et des ONG, ça, c'est une honte pour l'Europe. Quel est le modèle le plus humain? Celui où il n'y a pas de noyade. Grâce à l'accord avec la Turquie, plus personne ne meurt en mer Égée. Or, ce que supporte Amnesty, comme d'autres ONG, c'est le modèle libyen. Quel est le résultat? 5.000 morts par an", rétorque le secrétaire d'Etat N-VA dans un entretien au quotidien.

"Le deal avec la Turquie fonctionne très bien", estime-t-il encore. "L'Europe lui paie 3 milliards d'euros par an. Pour la Belgique, cela revient à 72 millions par an", ce qu'il assure être "un bon deal sur le plan financier". Theo Francken exclut dans ce même entretien toute "chance" que la Turquie devienne membre de l'UE, évoquant un président, Recep Tayyip Erdogan, qui a "perdu le nord" dans les récentes tensions avec différents pays d'Europe au sujet des meetings en vue du prochain référendum. "Traiter Angela Merkel de nazie, on ne peut pas faire pire que ça", résume le politicien N-VA à propos des vives critiques d'Erdogan envers les pays où des meetings de campagne ont été interdits. "Je ne sais pas ce qu'il a à gagner en se montrant aussi vindicatif".

Nos partenaires