Fête du sacrifice à Bruxelles, "un échec cuisant"

13/09/16 à 15:50 - Mise à jour à 14/09/16 à 09:04

Source: Le Vif

La décision de la Région de n'organiser qu'un seul site d'abattage pour l'ensemble des 19 communes bruxelloises s'est soldée par un échec cuisant.

Fête du sacrifice à Bruxelles, "un échec cuisant"

© iStock

La décision de la Région de n'organiser qu'un seul site d'abattage pour l'ensemble des 19 communes bruxelloises en confiant l'aspect pratique (abattage rituel et fourniture aux participants des carcasses) à un partenaire privé choisi par appel d'offres avait pour objectif de dégager une solution dans la ligne des dispositions prises par l'Europe et les Régions wallonnes et flamandes. "Si, sur le fond du problème", explique Bernard Clerfayt, Bourgmestre de Schaerbeek et parlementaire bruxellois (DéFi), "je comprends cette décision, la mise en oeuvre de cette décision est une catastrophe. Cet échec choque beaucoup de monde et le résultat va à l'inverse de ce qui était attendu. J'interpellerai au Parlement le Ministre-Président dans les prochains jours".

Dans un communiqué, Bernard Clerfayt estime que l'organisation de la fête du Sacrifice ce lundi 12 septembre "s'est soldée par un échec cuisant mettant en difficulté de très nombreux citoyens : tant les participants que les non-participants qui partageaient l'objectif de permettre le déroulement de cette fête traditionnelle dans de bonnes conditions et dans le respect des dispositions légales".

Pour le Bourgmestre de Schaerbeek, alors que seulement 114 familles avaient demandé une inscription sur le site régional, finalement aucun mouton n'a été livré, le jour promis. "Aujourd'hui, les gens sont perdus. Aucune information claire n'est donnée ni aux communes ni surtout aux citoyens qui attendent encore leur mouton. C'est la désorganisation la plus complète".

"Mais les conséquences seront malheureusement plus profondes", continue Bernard Clerfayt. "Les autorités régionales se sont montrées incompétentes et cela va engendrer une rupture de confiance de la part des citoyens. Nous n'avions pas besoin de cela. Le dialogue avec les communautés musulmanes se voulait très constructif sur l'organisation de cette fête. Le vide d'information dans lequel on a laissé les citoyens peut être ressenti comme un manque total de respect, même si probablement il n'en est rien.

Nos partenaires