Étienne de Callataÿ: "La coalition suédoise doit aussi s'en prendre aux tabous de la droite"

03/09/14 à 11:29 - Mise à jour à 14:28

Interrogé par nos confrères de Knack, Étienne de Callataÿ, économiste en chef de la banque Degroof, ne cache pas qu'il a envie d'occuper un poste de ministre pour le MR. Il estime qu'atteindre un équilibre budgétaire d'ici 2016, comme le souhaite l'Europe, est contre-productif. "La coalition suédoise doit servir l'intérêt général. C'est pourquoi elle ne doit pas seulement s'en prendre aux tabous de la gauche, mais également à ceux de la droite".

Étienne de Callataÿ: "La coalition suédoise doit aussi s'en prendre aux tabous de la droite"

Étienne De Callataÿ © Reporters

Étienne de Callataÿ pourrait bien devenir ministre. Pour accroître le soutien au gouvernement fédéral en Wallonie, les libéraux francophones chercheraient également des candidats pour leurs six ou sept postes de ministres à l'extérieur du MR. Étiqueté chrétien-démocrate, de Callataÿ n'a jamais figuré sur une liste cdH. Entre 1996 et 1999, il était chef de cabinet adjoint du premier ministre Jean-Luc Dehaene (CD&V) avant d'occuper brièvement le poste de chef de cabinet du ministre des Finances Jean-Jacques Viseur (cdH).

Tout le monde parle d'un gouvernement d'assainissement alors que vous parlez d'un gouvernement de réforme?

Étienne De Callataÿ: "Nous devons réformer, car c'est une meilleure façon d'assainir. Nous ne pouvons faire autrement, car nous avons refusé de le faire quand la conjoncture était bonne entre 2000 et 2007. Nous le devons à nos enfants, pour éviter de leur imposer une dette exorbitante. Mais maintenant que l'économie décline, je ne suis pas favorable à d'importantes économies à court terme. Atteindre un équilibre budgétaire d'ici 2016, comme le souhaite l'Europe, est contre-productif. Nous ne prendrions pas les mesures les plus intelligentes, mais uniquement celles qui rapportent le plus rapidement.

Les syndicats promettent d'agir si le nouveau gouvernement prend des mesures trop dures.

De Callataÿ: Le nouveau gouvernement doit veiller à ne pas véhiculer l'image d'un gouvernement de riches et d'entrepreneurs, contre les syndicats et pour les Flamands. La coalition doit servir l'intérêt général. C'est pourquoi elle ne doit pas seulement s'en prendre aux tabous de la gauche, mais également à ceux de la droite.

Quels tabous de droite?

De Callataÿ: Les impôts sur l'immobilier par exemple. La Belgique dispose du système le plus stupide que l'on puisse imaginer : hormis nos droits d'enregistrement très élevés nous prélevons également un impôt sur base d'un prix administratif : le revenu cadastral. Nous ne tenons pas compte des prix du marché, mais du revenu cadastral fixé en 1975. Pour les impôts sur l'immobilier, la Belgique s'y prend plus bêtement que la Corée du Nord qui ne se base pas sur les prix d'il y a quarante ans. Il faut donc réformer les impôts sur l'immobilier, même si c'est difficile pour les partis de droite qui habituellement ne parlent pourtant que des prix du marché. Autre exemple : les voitures de société. Regardez à l'étranger : pensez-vous que là-bas tous les jeunes cadres de firmes d'audit roulent en voiture de société ? Non. Pourquoi est-ce le cas ici ? Parce que nos charges sur les salaires sont trop élevées. Mais baissez ces charges ! Si vous vous prenez autant aux tabous de gauche que ceux de droite et que vous faites en sorte d'avoir une administration efficace, je suis convaincu que beaucoup de gens seront prêts à fournir un effort.

Une administration efficace signifie-t-il qu'il faut moins de fonctionnaires ?

De Callataÿ: C'est le cas pour beaucoup de services, mais il ne serait pas intelligent de remplacer un fonctionnaire sur deux partout. Ici et là il faudra même des fonctionnaires supplémentaires. Une administration plus efficace signifie une administration plus simple, avec moins de règles. Cela ne signifie pas que le gouvernement doit être plus aimable à l'égard des entreprises, certainement pas, mais il faut que l'administration soit plus simple. Un exemple que tout le monde connaît : la feuille d'impôts. En Belgique, il y a deux fois plus de cases à remplir que dans la plupart des pays européens. Je ne suis pas opposé à ce que les gens qui isolent leur maison ou font garder leurs enfants reçoivent une compensation du fisc. Non, mais cela complique tout inutilement et finalement les inconvénients ne font pas le poids par rapport aux avantages. Ce genre de mesures entraîne aussi des inégalités : les gens capables de payer un conseiller fiscal rempliront leur feuille d'impôts de façon optimale et paieront donc moins d'impôts.

Nos partenaires