Etat des lieux des enseignements flamands et francophone

11/12/12 à 17:55 - Mise à jour à 17:55

Source: Le Vif

S'il se situe parmi les meilleurs d'Europe pour les mathématiques, l'enseignement de la Communauté flamande obtient en revanche de mauvais scores pour les sciences en primaire, selon une nouvelle étude présentée mardi à Bruxelles. La Fédération Wallonie-Bruxelles a quant à elle pris part à l'enquête "PIRLS" (Progress in International Reading Literacy Study) de l'IEA, l'Association internationale pour l'évaluation du rendement scolaire, auprès d'élèves de 4e année primaire au printemps 2011, qui révèle que l'enseignement francophone évolue trop peu en lecture.

Etat des lieux des enseignements flamands et francophone

© Thinkstock

L'enquête "TIMSS" (Trends in International Mathematics and Science Study) est menée par l'Association internationale pour l'évaluation du rendement scolaire (IEA), consultante pour l'Unesco, auprès d'élèves de 4e primaire.

Elle place la Flandre dans le peloton de tête en Europe pour l'enseignement des mathématiques, derrière l'Irlande du Nord. A l'échelle mondiale, Singapour, la Corée du sud et Hong Kong forment le trio de tête.

Pour les sciences, le résultat des élèves flamands est moins bon: ils se classent en queue de peloton, devançant seulement la Pologne, l'Espagne et la Norvège.

"Cela s'explique en partie par le fait que les sciences ne sont enseignées que dans les dernières années du primaire", a commenté Jan Van Damme (université catholique de Louvain, KUL). "Mais nous constatons aussi que nos enseignants ne se sentent pas à l'aise dans cettematière".

Dans un communiqué, le ministre flamand de l'Enseignement Pascal Smet (sp.a) a reconnu le problème et estimé qu'il faudra prendre des mesures.

L'enseignement francophone, pour sa part, a participé à une autre étude de l'IEA, l'enquête "PIRLS" sur les compétences en lecture.

L'enseignement francophone évolue trop peu en lecture Les performances des élèves de 4e primaire en lecture se sont améliorées de 2006 à 2011, mais trop légèrement, a indiqué mardi la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet sur base d'une étude comparative.

La Fédération Wallonie-Bruxelles a pris part à l'enquête "PIRLS" (Progress in International Reading Literacy Study) de l'IEA, l'Association internationale pour l'évaluation du rendement scolaire, auprès d'élèves de 4e année primaire au printemps 2011.

Par rapport à l'évaluation précédente PIRLS de 2006, la proportion de lecteurs précaires a légèrement diminué (-4%) et celle de bons lecteurs légèrement progressé (+2%).

Mais le score moyen des élèves francophones reste de 30 points inférieur à la moyenne des pays de l'UE ou de l'OCDE, soit l'équivalent de près de trois quarts d'année scolaire.

"En 2011 comme en 2006, la Fédération Wallonie-Bruxelles compte parmi les systèmes éducatifs les plus mal classés dans le groupe des pays de l'UE ou de l'OCDE", constate la ministre dans un communiqué.

Cette mauvaise performance s'explique par plusieurs facteurs qui ont été identifiés, selon Mme Simonet: l'enseignement de stratégies de compréhension est une pratique encore insuffisamment ancrée dans le quotidien des classes, trop peu de temps est consacré à l'enseignement formel de la lecture en 4e année et les albums pour enfants sont trop peu souvent considérés comme un matériel didactique essentiel.

En outre, peu d'enseignants donnent à lire des albums complets, privilégiant la lecture de textes courts; les apprentissages centrés sur le code ne sont plus à l'ordre du jour en 4e année, de nombreux enseignants se déclarent peu formés en matière d'observation des compétences de l'élève permettant la mise en oeuvre d'actions pédagogiques adéquates, et les référentiels et programmes ne sont pas assez précis quant aux niveaux attendus.

Outre une analyse des résultats de l'enquête, Marie-Dominique Simonet souligne l'importance du projet "Décolâge", un kit pédagogique outillant les enseignants du fondamental, destiné à créer une communauté de pratiques professionnelles, et à s'étendre à des élèves de plus de 8 ans.

Levif.avec Belga

Nos partenaires