Selma Benkhelifa
Selma Benkhelifa
Avocate - Progress Lawyers Network
Opinion

05/12/17 à 09:21 - Mise à jour à 09:42

Émeute à Gand: "Ce qui frappe, c'est la différence de traitement médiatique et politique"

Dimanche passé, à Gand, une manifestation de 300 supporters de foot a tourné à l'émeute raciste. Les manifestants scandaient le slogan "Roma's Buiten". Du côté francophone du pays, c'est le silence radio.

Émeute à Gand: "Ce qui frappe, c'est la différence de traitement médiatique et politique"

© Capture d'écran De Standaard

Dimanche passé, à Gand, une manifestation de 300 supporters de foot a tourné à l'émeute raciste. Les manifestants scandaient le slogan "Roma's Buiten".

Du côté francophone du pays, c'est le silence radio. Aucun média n'en parle, aucun politique ne se lance dans des analyses diverses et variées sur des thèmes comme la qualité de l'enseignement en Flandre ou la manière dont les Flamands élèvent leurs enfants.

La présence de l'extrême droite flamande, du Vlaams Belang et de groupuscules néonazis comme "Soldiers of Odin" n'a ému personne.

Pourtant, tous les journaux du pays ont parlé et reparlé des émeutes de Bruxelles, deux semaines avant. Là les 300 émeutiers étaient "issus de l'immigration" et tout le monde a du se positionner sur leur intégration, sur les écoles de Bruxelles, sur le système judiciaire qualifié de "laxiste", ... et j'en passe.

Les titres des journaux valaient leur pesant d'or: "Appels à une répression dure" (De Standaard), "D'abord punir, et puis discuter" (Het Laatste Nieuws), "Il faut une prise en charge musclée" (Het Nieuwsblad), "Emeutes après la qualification du Maroc"(La Libre), "Echauffourées à Bruxelles après la qualification du Maroc" (le Soir) , "Bagarres près de la Bourse"...

Bref des médias unanimes pour montrer le centre de Bruxelles comme une zone de guerre.

Et fatalement, la surenchère médiatique crée la surenchère politique. Tous les politiques se sont prononcés : tolérance zéro, projet d'une nouvelle police au sein de l'Office des Etrangers, surveillance policière des réseaux sociaux...

Partager

Emeutes à Bruxelles et à Gand: "Ce qui frappe surtout, c'est la différence de traitement médiatique et politique"

Les Marocains et les Belges d'origine marocaine (même si c'est leurs grands-parents qui sont venus du Maroc) ont été priés de s'excuser et de se désolidariser des casseurs. Tous les "biens intégrés" ont du faire amende honorable. On se souviendra de la carte de blanche de Sammy Mahdi, président des Jeunes CD&V, intitulée "Petite racaille, on en a marre de toi".

Sammy, je ne te connais pas, mais je me permets de te poser une question: vas-tu écrire une carte blanche pour dire ton ras-le-bol par rapport aux petites racailles racistes de Gand? Tu es belge et même néerlandophone, pourquoi dois-tu t'identifier aux jeunes Marocains et te justifier par rapport à eux? Pourquoi ne t'identifies-tu pas aux jeunes émeutiers flamands, pourquoi ne dois-tu pas t'excuser cette fois-ci?

On doit pourtant être frappé par la similitude des évènements : 300 jeunes supporters de foot se clashent avec la police. Ce qui frappe surtout, c'est la différence de traitement médiatique et politique.

Et c'est là qu'il faut parler de racisme. Une différence de traitement politique d'un évènement justifiée par l'origine ethnique des protagonistes. Il faut doublement parler de racisme, parce que les médias et les politiques ont été discriminants à l'égard des auteurs selon qu'ils soient "issus de l'immigration" ou Flamands, mais aussi et c'est - à mon sens - le pire, à l'égard des victimes.

Si on s'identifie aisément au type dont le pare-brise a été cassé ou au commerçant dont la vitrine a volé en éclat, personne ne s'identifie à un enfant rom. Imaginez ce gosse terrorisé qui a vu cette manifestation de haine à son égard. Cette haine pure qu'il ne peut pas comprendre et que rien ne justifie. Cette haine qu'il a peut-être déjà vue avant. Les Roms en Belgique sont souvent Slovaques. Ils fuient les mêmes néonazis qui lancent de vrais pogroms à leur égard en Slovaquie, dans l'indifférence de l'Union européenne.

Ce qui me choque le plus dans la différence de traitement politico-médiatique de ces deux évènements, c'est que j'ignore s'il est mû par la phobie des jeunes "Marocains" ou par le mépris total pour les Roms.

En savoir plus sur:

Nos partenaires