Ecolo: une rentrée politique sous le signe de l'Europe et du défi climatique

29/08/15 à 19:10 - Mise à jour à 30/08/15 à 11:03

Source: Belga

Réunis au domaine de Massembre (Hastière) pour leurs traditionnelles Rencontres écologiques d'été, les Verts ont opéré samedi une rentrée politique où les thèmes européens et enjeux globaux ont pris l'ascendant sur les questions purement nationales.

Ecolo: une rentrée politique sous le signe de l'Europe et du défi climatique

© BELGA

Dans leur discours face aux militants et sympathisants, les co-présidents d'Ecolo sont ainsi revenus sur l'issue trouvée cet été à la crise grecque et la poursuite de l'austérité. "Le soi-disant accord de juillet est une humiliation pour les Grecs et une honte pour l'Europe. Nous sommes avec les Grecs et nous ne voulons pas de cette Europe-là", a martelé l'état-major écologiste. "Nous ne ne laisserons pas le projet européen confisqué par des technocrates. Il faut revoir les traités pour démocratiser l'Union européenne et lui donner d'autres horizons que l'austérité".

Actualité oblige, les co-présidents ont aussi évoqué samedi la question migratoire, marquée cet été par un afflux de réfugiés et la mort de centaines d'entre eux sur le chemin du Vieux continent. "Nous l'affirmons avec force: nous voulons l'Europe des libertés et non l'Europe des forteresses, l'Europe des murs, l'Europe qui transforme la Méditerranée en cimetière. Le débat mérite d'être lancé (...) et nous nous nous engageons à porter une parole aussi claire que nuancée sur ces sujets malgré les discours démagogiques ambiants". Aussi, pour Ecolo, la société doit aujourd'hui oser ouvrir un "chantier d'envergure, celui des frontières et de la libre circulation des hommes et des femmes".

Enfin, à quatre mois du prochain sommet de Paris sur le climat, les Verts ont pressé le monde politique, mais aussi les citoyens, à se mobiliser pour ne pas manquer ce "rendez-vous avec l'histoire". "Il est question ici de la survie de l'humanité. Le changement climatique, aujourd'hui déjà, ruine des vies, menace l'économie des pays les plus vulnérables, provoquant le déplacement de millions de personnes. Ce qui se jouera à Paris concerne les responsables politiques au premier chef mais cela nous concerne tous, chacun et chacune, car la seule solution viable pour l'humanité, c'est celle du partage et de la solidarité, c'est la construction d'un nouveau modèle de développement à l'échelle planétaire".

En savoir plus sur:

Nos partenaires