Durbuy: fronde des résidents d'un camping que Marc Coucke veut faire évacuer

13/05/16 à 11:05 - Mise à jour à 11:20

Source: De Morgen

Le camping "La Chênaie" à Durbuy a été racheté par l'homme d'affaires Marc Coucke. Le milliardaire flamand compte le fermer pour la fin de l'année. Incompréhension et grosse colère du côté des résidents.

Durbuy: fronde des résidents d'un camping que Marc Coucke veut faire évacuer

Une caravane résidentielle du camping La Chenaie à Durbuy. © pg

L'homme d'affaires gantois aux multiples projets Marc Coucke continue à investir dans les Ardennes et notamment du côté de Durbuy. Après s'être déjà porté acquéreur en février dernier des installations de Durbuy Adventure et de la Petite Merveille, il a mis la main sur le camping "La Chênaie" jouxtant le parc d'aventure.

Ce camping comprend environ 200 caravanes et accueille quelque 500 personnes. Il s'agit principalement de caravanes résidentielles pour lesquelles les occupants paient entre 1200 et 1400 euros à l'année pour la location du terrain, explique De Morgen.

Les résidents sont consternés par les bruits qui courent sur la fermeture prochaine de l'endroit car ils ont reçu récemment un courrier les rassurant sur la continuité du camping. A l'heure actuelle, ils n'ont pas encore été mis officiellement au courant des projets de démolition du nouveau propriétaire. Et pourtant, Marc Coucke a décidé d'évacuer l'endroit au 31 décembre, ce qui les met très en colère, révèle TV Lux.

Certains d'entre eux disposent d'une parcelle dans ce camping depuis une quarantaine d'années, ils ont investi dans l'aménagement de leur logement tout comme dans celui du jardin et de la terrasse qui l'entourent. Ils ne comptent pas en être délogés de la sorte. En attendant le courrier officiel leur signifiant la fin des activités, les résidents s'organisent, ils ont créé un groupe Facebook pour sensibiliser à leur sort.

Une dizaine de Flamands y louent par ailleurs une parcelle. "Nous avons notre chalet fixe ici depuis 26 ans et y séjournons au moins toutes les deux semaines. Et maintenant, on doit dégager pour l'argent de Coucke", s'offusquent Johnny (70) et Maria (70) dans Het Belang van Limburg.

Les résidents sont furieux.

Les résidents sont furieux. © printscreen/hetbelangvanlimburg

Yolande, originaire de Tongres, ne cache pas sa colère. "En septembre dernier, j'ai acheté ici un chalet flambant neuf. Pour aménager la chambre, j'ai dépensé pas moins de 5000 euros. De l'argent perdu ! Et je devrai encore débourser 1000 euros pour faire déménager mon chalet de la parcelle alors que je n'en ai aucune envie."

Un tel déménagement dans un autre camping n'est cepandant pas envisageable pour tous les occupants. "Notre chalet est si vieux qu'il tombera en pièces si nous le bougeons", explique Johnny, de son côté.

Un rachat en "bonne et due forme"

Le journal L'Avenir a recueilli le son de cloche de Philippe Bontemps, bourgmestre de la commune, sur ce sujet délicat. "On ne peut effectivement pas s'exprimer. Il s'agit d'un rachat en bonne et due forme et le nouveau propriétaire peut évidemment réaffecter le terrain à sa guise. Je comprends évidemment la tristesse dont certains résidaient là-bas depuis longtemps. Il faut savoir que pour la commune, il s'agira dans un premier temps, d'une perte annuelle de plus de 10 000 euros. Nous ne pourrons, en effet, plus toucher la taxe sur les quelque 200 emplacements que compte le site". Il semblerait donc que les habitants du camping soient bien impuissants face aux bulldozers que Coucke désire dépêcher bien vite pour détruire leur havre de paix.

Marc Coucke n'a encore rien dévoilé de ses nouveaux projets sur le site. Il communiquera officiellement sur ses activités en devenir le 24 juin prochain. En attendant, l'homme d'affaires a encore acquis plusieurs autres hectares de propriété dans la région. De quoi laisser présager un projet touristique de grande envergure.

Nos partenaires