DéFI est opposé à la sortie des communes à facilités de Vivaqua

14/09/17 à 22:09 - Mise à jour à 22:09

Source: Belga

DéFI Périphérie a exprimé jeudi son refus de voir les communes à facilités de la périphérie de la capitale quitter, comme les communes flamandes, l'intercommunale de distribution d'eau Vivaqua et ainsi rompre ses liens avec la Région bruxelloise.

DéFI est opposé à la sortie des communes à facilités de Vivaqua

© Belga

Pour la formation amarante, ce refus se justifie par des raisons économiques, sanitaires mais également pour ne pas dépendre d'une intercommunale flamande qui ne respectera pas les droits linguistiques des habitants.

L'Assemblée générale de Vivaqua se réunira le 29 septembre pour avaliser le choix des communes de la périphérie, membres de l'intercommunale, de rester en son sein ou non.

Dans ce cadre, les mandataires DéFI dénoncent un argumentaire, selon eux, "fallacieux" poussant les communes à facilités à sortir de l'intercommunale. "Les vraies raisons de ceux qui plaident pour la sortie sont communautaires. La N-VA souhaite pousser toutes les communes flamandes, communes à facilités comprises, à sortir d'une intercommunale bruxelloise et permettre ainsi à la Flandre de devenir pleinement autonome en la matière", a dénoncé la présidente de DéFI Périphérie, Sophie Rohonyi, dans un communiqué.

Selon Mme Rohonyi, dix des quinze communes membres, situées en Brabant flamand, ont décidé sortir de Vivaqua, tentant d'entraîner à leur suite les cinq communes à facilités affiliées à l'intercommunale: Drogenbos, Crainhem, Wemmel, Wezembeek-Oppem et Rhode-Saint-Genèse.

"En devant faire le choix d'une intercommunale flamande, les communes à facilités devront en réalité supporter à terme un coût plus élevé de l'eau car l'eau distribuée, pompée dans le canal Albert, doit être dépolluée... Le choix des communes flamandes n'est donc nullement dicté par des justifications économiques ou environnementales mais par une volonté de se séparer d'une intercommunale principalement bruxelloise", a ajouté la présidente de DéFI Périphérie.

Selon celle-ci, les mandataires DéFI déposeront donc une motion dans leurs conseils communaux pour demander d'urgence une concertation entre Vivaqua et les communes à facilités en vue d'obtenir des clarifications. En attendant, les mandataires DéFI invitent les autres mandataires francophones de la périphérie à faire preuve de la même volonté de faire échec à toute décision d'affilier une commune à facilités à une intercommunale flamande.

Belga

Nos partenaires