Danneels : l'Eglise a trop pensé à elle-même, pas assez aux victimes

21/12/10 à 12:02 - Mise à jour à 12:02

Source: Le Vif

Le cardinal Godfried Danneels a reconnu mardi devant la commission spéciale sur les abus sexuels que l'Eglise avait trop pensé à elle-même et non aux victimes dans le traitement des cas commis par des religieux, tout en déniant toute volonté d'étouffer ces cas.

Danneels : l'Eglise a trop pensé à elle-même, pas assez aux victimes

© Reuters

"Si nous avions été plus conscients de l'immensité des ravages ultérieurs qu'ont connus ces victimes, notre compréhension et notre empathie aurait été plus grande", a-t-il affirmé.

Avec l'institution de commissions internes à l'Eglise, "nous avons essayé de gérer ces cas sérieusement et de manière structurelle, mais sans doute ces commissions étaient-elles trop réactives, laissant l'initiative aux victimes" d'engager un processus de témoignage "difficile", a-t-il dit.

Le cardinal Danneels a une nouvelle fois exprimé à l'égard des victimes "la honte et la douleur" de l'Eglise et demandé pardon au nom de l'Eglise pour la souffrance commise par des prêtres.

"La justice doit faire son travail" et les responsabilités individuelles doivent être établies, a-t-il ajouté, estimant que l'Eglise devait collaborer à une réparation par l'écoute et l'accompagnement.

"L'Eglise a trop pensé à elle-même et ses prêtres et non aux victimes", a-t-il reconnu, parlant d'une "époque désormais révolue" où l'Eglise, "placée sur un piédestal", disposait d'un pouvoir sur la société qui permettait aux abuseurs "d'imposer le silence".

Aujourd'hui "plus humble", nécessitant "ouverture et transparence", "l'Eglise ne doit pas regretter de perdre une partie de sa considération, de son influence et de son pouvoir", selon lui.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires