Ewald Pironet
Ewald Pironet
Ewald Pironet est rédacteur du Knack.
Opinion

03/09/15 à 12:46 - Mise à jour à 16:29

"Ce ne sont pas les réfugiés qui sapent notre sécurité sociale, c'est nous"

"Depuis des décennies, la surconsommation dans les soins de santé et la fraude sociale mettent la sécurité sociale à rude épreuve" écrit notre confrère de Knack Ewald Pironet. "Et nous en sommes nous-mêmes responsables".

"Il y a trop de réfugiés, disent les gens. Il y a trop peu de gens, disent les réfugiés". Ces paroles du poète autrichien Ernst Ferstl hantent l'esprit quand on voit les longues files de réfugiés qui se présentent quotidiennement à l'Office des Étrangers. Comme il n'y a pas suffisamment de personnel, les réfugiés sont priés de revenir le "lendemain" ou le "surlendemain" et doivent passer la nuit à la belle étoile. L'Europe est confrontée depuis des années à une crise de réfugiés, mais ne réussit toujours pas à accueillir ces personnes désireuses de laisser la guerre et les violences derrière elles. Et à mesure que les files s'allongent à Bruxelles, le débat politique s'aigrit. De plus en plus, on prétend que la venue de ces réfugiés met notre sécurité sociale en danger.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires