CD&V : les propos de De Wever ne sont "pas sages"

13/12/10 à 15:08 - Mise à jour à 15:08

Source: Le Vif

La prise de position du président de la N-VA Bart De Wever qualifiant la Belgique d'Etat malade au sein de l'Europe est une analyse qui "n'est pas juste" et "pas sage", a réagi lundi le président du CD&V, Wouter Beke, à l'issue du Bureau de son parti.

CD&V : les propos de De Wever ne sont "pas sages"

© Belga

Toutes les comparaisons internationales démentent cette analyse, a indiqué M. Beke selon qui la Belgique se trouve parmi les pays les mieux classés en Europe si on tient compte de la croissance, de la croissance de l'emploi et de la situation budgétaire.

Par ailleurs, le président des démocrates-chrétiens flamands est d'avis que les déclarations de M. De Wever ne sont pas "sages". Indépendamment de la situation socio-économique positive, l'instabilité politique continue à rendre la Belgique "vulnérable" sur les places financières internationales. "L'image erronée d'un pays présenté comme le malade de l'Union européenne ne fait qu'accroître les possibilités de se retrouver dans le viseur des marchés financiers internationaux", déplore M. Beke.

Il n'en demeure pas moins, a précisé le président du CD&V, que la Belgique a besoin de "réformes structurelles" en vue de garantir le paiement des pensions, l'accessibilité des soins de santé, d'exécuter une "politique stricte" d'asile et de migrations, et d'obtenir un meilleur fonctionnement de la Justice. Mais pour cela, il faut "un gouvernement fédéral de plein exercice", a insisté M. Beke.

De la même façon, a-t-il souligné, la Belgique a besoin d'une "réforme de l'Etat" permettant d'apporter au pays la "stabilité" nécessaire et à ses Régions une "responsabilisation accrue". Bart De Wever et sa N-VA ont reçu un mandat de poids pour réaliser ce projet, a-t-il rappelé. Il faut que les nationalistes aient "le courage d'assumer leur responsabilité et ne se laissent pas emporter par la crainte du résultat des prochaines élections". Selon le CD&V, il n'y a "pas d'autre alternative que de continuer la négociation".

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires