Bus au bioéthanol: pas de décision de mettre un terme à l'expérience au TEC

29/12/11 à 18:55 - Mise à jour à 18:55

Source: Le Vif

Les trois bus au bioéthanol de la société de transport en commun TEC continueront à circuler à Namur au moins jusqu'à la fin mars 2012. L'augmentation du nombre de ce type de véhicules verts sera prise sur base des résultats de l'étude sur ce projet, a réagi Stéphane Thiery, porte-parole de TEC, à une information publiée par L'Echo.

Bus au bioéthanol: pas de décision de mettre un terme à l'expérience au TEC

© Belga

Ces trois bus fonctionnant au bioéthanol, produit par Biowanze, ont été mis en service en mars 2009 sur des lignes namuroises pour une période de test de 3 ans.

A l'heure actuelle, aucune décision sur l'avenir de ces bus ou sur une extension de la flottille n'a été prise. "Cette décision dépendra des résultats de l'étude qui prendra fin en mars prochain", insiste M. Thiery. "D'ici là, les bus continueront à rouler."

L'étude se penche sur trois piliers: le pilier environnemental, le pilier "fiabilité" et le pilier économique. "Du point de vue environnemental, l'impact des bus au bioéthanol est indéniable. En ce qui concerne la fiabilité, car il est important que ces bus roulent et ne soient pas souvent en panne pour ne pas pénaliser les clients, les problèmes que nous avons rencontrés durant la première année et demie du test ont entre-temps été résolus", ajoute le porte-parole.

Par contre, le pilier économique s'avère d'ores et déjà plus problématique: "Les bus au bioéthanol consomment plus de carburant que les véhicules au diesel. Or le bioéthanol est soumis à une pression fiscale forte. Nous avons bénéficié, pour notre test de trois ans, d'une défiscalisation de la part du gouvernement fédéral mais il n'est pas certain du tout que cette défiscalisation exceptionnelle soit prolongée après mars 2012. De plus, la maintenance est plus chère", constate M. Thiery. "Ce pilier économique pourrait peser lourd dans la balance lorsqu'il faudra prendre une décision", reconnaît-il.

LeVif.be, avec Belga.

En savoir plus sur:

Nos partenaires