Budget : les libéraux réclament des mesures structurelles, impossible selon le PS

12/03/13 à 11:47 - Mise à jour à 11:47

Source: Le Vif

Les vices-premiers ministres libéraux ont réclamé mardi l'adoption de mesures structurelles dans le cadre du contrôle budgétaire. Le gouvernement doit encore trouver 2, 8 milliards d'euros. En revanche, aux yeux de la vice-première PS, Laurette Onkelinx, réaliser l'effort demandé d'une telle façon sera impossible.

Budget : les libéraux réclament des mesures structurelles, impossible selon le PS

© Image Globe

Les principaux ministres du gouvernement se retrouvés vers 9h30 au "16" pour entamer les travaux de contrôle du budget 2013. Lundi, le nouveau ministre des Finances, Koen Geens (CD&V), a défendu l'adoption de mesures ponctuelles pour maintenir le budget sur les rails. Selon lui, les mesures structurelles sont à réserver pour l'élaboration du budget 2014 qui débutera cet été.

Les représentants des partis libéraux ne l'entendent toutefois pas de cette oreille. "J'ai participé lundi à des réunions de préparation du conseil européen. Ce que l'on souhaite, ce sont surtout des mesures structurelles. Donc, on va continuer, comme le gouvernement l'a déjà fait, à prendre des mesures structurelles. C'est ça qui est attendu en Europe", a déclaré le vice-premier MR, Didier Reynders, lors de son arrivée au cabinet du premier ministre.

Message identique du côté de l'Open Vld: "Si l'on faisait un budget qui n'était pas structurel, on jetterait le travail que l'on a fait l'an passé", a averti Alexander De Croo.

Au titre de réduction de dépense structurelle, M. Reynders a repris l'exemple de la police dont le nombre de directions pourrait être réduit. "Si on veut vraiment conserver le développement économique dont notre pays a besoin, on ne sait pas faire en structurel tout ce que l'Europe nous demande. C'est impossible", a rétorqué Mme Onkelinx. Et d'appeler l'Union européenne à se montrer lucide: "L'Europe se trompe tellement! Et si l'Europe ouvrait les yeux?"

Le gouvernement interrompra ses travaux jeudi et vendredi pour permettre au premier ministre de participer au sommet européen. De plus en plus de voix s'élèvent pour réclamer un assouplissement des efforts demandés. D'ici là, il faut toutefois respecter les engagements pris à l'égard de l'Europe, a-t-on fait remarquer dans les rangs CD&V.

"Nous devons certainement parler avec l'Europe mais nous avons conclu un accord avec elle et nous devons en premier lieu essayer de le respecter", a indiqué M. Geens.

Le gouvernement fédéral doit trouver, selon le comité de monitoring, 2,8 milliards d'euros pour maintenir le déficit public à 2,15% du PNB cette année, conformément aux engagements européens de la Belgique. A entendre la vice-première socialiste, il y a toutefois des erreurs et des imprécisions dans ces chiffres. Trois groupes de travail se sont penchés sur la question et ont déjà retrouvé 185 millions d'euros.

Le premier ministre Elio Di Rupo n'a pas voulu se prononcer sur les positions exprimées par les uns et les autres. "La discipline budgétaire est indispensable, sans quoi nous risquons d'avoir d'énormes difficultés, mais nous ne pouvons pas casser la machine économique", a-t-il souligné.

Nos partenaires