Bruxelles: "Réserver un chauffeur de taxi blanc? Pas de problème!"

24/10/14 à 11:12 - Mise à jour à 15:20

Le quotidien Metro a réalisé un coup de sonde auprès de huit sociétés de taxis, 4 à Bruxelles et autant en Flandres. Il s'est avéré que la moitié d'entre elles répondaient positivement quand un client demandait s'il était possible de "réserver" un chauffeur blanc pour une course.s

Bruxelles: "Réserver un chauffeur de taxi blanc? Pas de problème!"

© BELGA

Cette petite enquête survient après qu'une société de taxis anglaise a été critiquée car son directeur a avoué avoir accepté de proposer des chauffeurs blancs à certains de ses clients. Le directeur s'est justifié en déclarant qu'il n'avait pas d'autres choix afin de garder des clients. Le quotidien Metro a désiré savoir quelle était la situation en Belgique. Après avoir sondé une petite dizaine de sociétés de taxi sur Bruxelles et en Flandre, il s'est avéré qu'il était possible de "commander" un chauffeur blanc. La moitié des compagnies accède sans aucun problème à la demande des clients, proposant même quelques références pour des courses futures. Deux sociétés ont toutefois réagi négativement et de façon indignée à la requête discriminatoire formulée. Deux autres ont refusé, mais sans donner plus de commentaires.

"Ce n'est pas seulement interdit de formuler cette demande en tant que client, c'est aussi interdit d'y répondre par la positive en tant que prestataire", a réagi, dans le quotidien, Jozef De Witte, le directeur du Centre interfédéral pour l'égalité des chances. "Ce genre de demandes a des effets néfastes, les chauffeurs d'une autre origine réalisent de cette manière moins de courses et gagnent moins d'argent". Mais Jozef De Witte ne semble pas étonné pour autant . "C'est typique des entreprises qui se trouvent entre le client et le chauffeur, elles ne veulent pas risquer de perdre des revenus". Pour le directeur adjoint du Centre interfédéral pour l'égalité des chances, Patrick Charlier, ce genre de situation tombe sous le coup de la législation luttant contre les discriminations. Le client qui demande ce genre de service pourrait en répondre devant un juge, puisque c'est lui qui donne l'injonction de discriminer.

"Tous les chauffeurs, de n'importe quelle nationalité, doivent avoir la chance d'avoir du travail"

Pour Pierre Steenberghen, directeur de l'ASBL G.T.L. (Groupement National des Entreprises de Voitures de Taxis et de Location avec Chauffeur), "vouloir réserver "un bon blanc" est inacceptable et punissable par la loi car c'est du racisme. La centrale ne peut pas répondre à ce genre de demandes. Tous les chauffeurs, de n'importe quelle nationalité, doivent avoir la chance d'avoir du travail."Pour lui, "tous les chauffeurs, à Bruxelles, sont irréprochables. Ils doivent passer des tests psychologiques et ont tous un casier judiciaire vierge. Les centrales de taxis qui acceptent ce genre de requête devront faire l'objet d'une enquête."

Même son de cloche du côté du ministre bruxellois de la mobilité Pascal Smet (sp.a) : "Il est totalement inacceptable que certaines sociétés de taxi accèdent à la demande d'un client qui réclamerait un chauffeur blanc", s'est insurgé vendredi le ministre bruxellois, à la suite de l'article du quotidien gratuit Metro. "C'est de la discrimination pure et simple", a-t-il rappelé, annonçant que l'administration et l'inspection se pencheraient sur les cas potentiels pour y mettre fin.

La secrétaire d'État bruxelloise à l'Égalité des chances Bianca Debaets (CD&V) est aussi sur la même longueur d'onde. "Cela arrive trop souvent aussi lors de la location d'un appartement, ou lors d'une demande d'embauche. Plus de la moitié des personnes d'origine étrangère sont confrontées durant leur carrière à des comportements ou des actions discriminantes. C'est intolérable, et d'autant plus dans une ville où la moitié de la population est d'origine étrangère", a-t-elle commenté. Bianca Debaets a annoncé son intention de se concerter avec Pascal Smet pour aborder ce problème.

En savoir plus sur:

Nos partenaires