Thierry Fiorilli
Thierry Fiorilli
Rédacteur en chef du Vif/L'Express
Opinion

26/08/16 à 09:16 - Mise à jour à 10:53

Attentats, radicalisme, burkini... opération lavage de cerveau ?

Ce n'est pas un roman de la rentrée littéraire. Il est paru, aux Etats-Unis, l'année passée et sa version française remonte au printemps dernier. Mais le moment de sa publication n'a que peu d'intérêt.

Ce qui importe, c'est le dilemme qu'il aborde : après avoir été confronté à une tragédie, faut-il, pour se reconstruire, pour continuer à vivre, pour combattre ce qu'on appelle le trouble de stress post-traumatique (TSPT), effacer les souvenirs dramatiques ou, au contraire, les aborder de front ? Dans Tout n'est pas perdu, de Wendy Walker, la question est posée aux parents de Jenny, 15 ans. Lors d'une fête au collège de sa petite ville du Connecticut, un soir, elle est violée. Avec sauvagerie. A l'hôpital, très vite après, il faut décider : lui administre-t-on un traitement spécifique pour que sa mémoire ne garde plus aucune trace de l'agression, comme on le fait pour des soldats revenant du front, parce qu'ils sont très salement amochés ou parce qu'ils ont assisté à une boucherie sans nom ?
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires