Attentats de Paris: la police de Malines n'a pas négligé un, mais cinq rapports

23/11/16 à 10:57 - Mise à jour à 10:57

Source: Knack

Fin 2015, le commandement de corps de la police malinoise a non seulement ignoré un rapport crucial sur le refuge du terroriste Salah Abdeslam. Quatre autres rapports sensibles, consultés par nos confrères de Knack, ont été mis en attente. N'ont-ils pas été intégrés dans la banque de données de la police à cause de l'attitude rigide du chef de corps Bogaerts, ou y a-t-il une autre raison?

Novembre 2015. Les jours qui suivent les attentats à Paris, l'inspecteur malinois et expert en radicalisation Hamid A. tente, malgré son congé maladie, de récolter des informations dans un biotope qu'il est un des seuls agents à connaître : la communauté maghrébine de Malines et celle de la zone du canal à Bruxelles. Ses recherches se révèlent fructueuses. Plus de quatre mois avant l'arrestation de Salah Abdeslam, l'un des terroristes impliqués dans les attentats, il découvre sa cachette. Il détient également des informations au sujet d'une "petite visite" à Anderlecht de Tarik Chadlioui, un collecteur de fonds pour la Syrie. Et il récolte des renseignements sur N., une Franco-Algérienne radicalisée de Jette qui pourrait jouer un rôle important dans l'EI et qui résidait régulièrement dans le village français où vivait Hasna Aït Boulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud (Boulahcen et Abaaoud étaient impliqués dans les attentats). Finalement, Hamid A. découvre les tentatives de l'imam malinois Khalid Ouchan d'obtenir une attestation qui révélait que son frère radicalisé Jawad était un "bon musulman".
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires