Antisémitisme: un "pacte de respect" proposé par le MR

23/03/13 à 16:42 - Mise à jour à 16:42

Source: Le Vif

Le président du MR, Charles Michel, a appelé samedi l'ensemble des formations politiques à un "pacte de respect" nécessaire selon lui, face, notamment, à la résurgence de l'antisémitisme, un phénomène qui, a souligné le directeur du Centre pour l'Egalité des chances et la Lutte contre le racisme, Edouard Delruelle, est parfois alimenté par des élus.

Antisémitisme: un "pacte de respect" proposé par le MR

© Image Globe

Dans une interview croisée, donnée à la Libre avec le président du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB), Maurice Sosnowski, Edouard Delruelle a notamment appelé samedi le parti socialiste à "faire passer un message fort" alors qu'un de ses élus, Jamal Ikazban, député et conseiller communal à Molenbeek, avait qualifié une personnalité publique dont il critiquait le discours d'"ordure sioniste".

Pris à partie sur Twitter, le président du PS, Paul Magnette avait "condamné fermement ce type de vocabulaire", donnant un "O/10" au comportement de M. Ikazban lors d'une émission sur RTL-TVI. La présidente de la fédération bruxelloise, Laurette Onkelinx, en avait fait de même sur Facebook, indiquant qu'on ne pouvait pas "répondre à des propos ressentis comme insultants par des insultes de même nature".

L'interlocuteur de M. Ikazban, Claude Moniquet avait comparé l'Egypte à une "poubelle à ciel ouvert". Mme Onkelinx avait également indiqué que "si l'on peut combattre la politique du gouvernement israélien, il ne peut être question d'user à titre d'injure du terme sioniste qui consacre simplement le droit à l'existence d'Israël".

Il a également été question récemment d'une affiche réalisée par un dessinateur antisémite en vue d'un débat avorté sur le sionisme à Molenbeek, devant initialement être organisé par les sections locales d'une association proche du PS et du parti lui-même. Face au tollé, les responsables avaient condamné ce "projet" d'affiche susceptible d'inviter à la "stigmatisation" d'une communauté.

L'ancien bourgmestre de Molenbeek, Philippe Moureaux avait lui-même appelé à l'annulation de ce débat. Et Laurette Onkelinx avait fait connaître en interne son indignation. "Croyez bien que je condamne avec fermeté toute dérive qui pourrait s'apparenter de loin ou de près à de l'antisémitisme", avait-elle indiqué dans un courriel rendu public par Le Vif.

Mais au-delà de ces faits qui avaient donné lieu à un débat au Parlement bruxellois, le directeur du Centre pour l'Egalité des chances a également fait état d'autres événements moins médiatisés. Evoquant l'action d'autres personnalités politiques, tel que le député Alain Destexhe (MR) qui se voit reprocher d'avoir invité à un débat l'auteur d'un livre faisant un "amalgame scandaleux" entre délinquance et immigration, Edouard Delruelle a, plus globalement, appelé samedi les partis politiques à intervenir en cette année préélectorale.

Interrogé par l'Agence Belga, le président du MR a indiqué souhaiter répondre "très favorablement" à cet appel. Charles Michel propose aux autres partis un "pacte de respect" de "la diversité culturelle", "contre tous les radicalismes". Dans cet appel lancé aux formations politiques mais également au monde associatif, le président du MR suggère, "loin des grand-messes qu'on a déjà pu connaître", de "réaffirmer le socle des valeurs communes" et le "rejet de tous les communautarismes".

Le président du MR se dit par ailleurs "étonné par la mollesse de certaines instances du parti socialiste après des actes graves et la publication d'une affiche odieuse".

Au parti socialiste, on assurait samedi être "très clairs et sans équivoque", ne tolérant "aucunement le racisme, la xénophobie et l'antisémitisme".

En savoir plus sur:

Nos partenaires