Anti-terrorisme : trois suspects sous mandat d'arrêt, deux relâchés sous conditions

16/01/15 à 18:26 - Mise à jour à 19:12

Source: Belga

Seules cinq des treize personnes interpellées jeudi en Belgique lors de l'opération anti-terroriste de la police fédérale ont été présentées à la juge d'instruction Isabelle Panou. Celui-ci a placé trois suspects sous mandat d'arrêt et a relâché les deux autres sous conditions, indique le parquet fédéral.

Anti-terrorisme : trois suspects sous mandat d'arrêt, deux relâchés sous conditions

Le palais de Justice de Bruxelles. © Belga

Les cinq individus sont inculpés de participation aux activités d'une organisation terroriste. Le parquet fédéral ne donne pas plus de commentaires quant à l'état de l'enquête et ne prévoit pas de conférence de presse ou de communication dans les prochains jours.

Les treize personnes ont été interpellées jeudi soir lors de perquisitions menées à Verviers, Molenbeek-Saint-Jean, Bruxelles et Berchem-Sainte-Agathe. D'autres perquisitions avaient également lieu à Anderlecht et Liedekerke. A Verviers, l'une des opérations a dégénéré lorsque deux suspects ont ouvert le feu sur les forces spéciales de la police fédérale. Les deux terroristes présumés ont perdu la vie lors de l'assaut.

Un troisième homme se trouvait dans le bâtiment, Marouane E. Celui-ci n'a pas participé à la fusillade et aurait sauté par la fenêtre selon son avocat. L'individu a été entendu vendredi matin par le juge d'instruction Panou et placé sous mandat d'arrêt. Il est inculpé de participation aux activités d'une organisation terroriste, possession illégale d'armes à feu, possession d'explosifs avec l'objectif de perpétrer un attentat et de rébellion armée contre les forces de l'ordre avec usage de la menace.

Quatre autres personnes interpellées ont également été amenées devant le juge d'instruction et ont été inculpées de participation aux activités d'un groupe terroriste. Deux des quatre individus ont été libérés sous conditions tandis que les deux autres ont fait l'objet d'un mandat d'arrêt. Ceux-ci doivent, de la même manière que Marouane E., comparaître devant la chambre du conseil endéans les cinq jours.

Huit des treize personnes interpellées ne sont pas inculpées

Les huit autres personnes interpellées jeudi soir ont été entendues par les services de police mais n'ont pas été amenées devant le juge d'instruction et ne sont dès lors pas inculpées.

Selon le parquet fédéral, les suspects forment une cellule terroriste qui était sur le point de perpétrer une attaque contre des agents de police et des commissariats. Leur objectif aurait été d'assassiner des policiers, que ce soit sur la voie publique ou dans les commissariats.

Marouane E. nie toute implication dans ces plans ou dans une organisation terroriste. Quatre armes de guerre, quatre armes de poing, des munitions, des explosifs, des uniformes de police, ainsi que des documents compromettants ont néanmoins été retrouvés dans le bâtiment de Verviers où il a été arrêté. Parmi ceux-ci, il y aurait notamment des éléments les reliant aux lettres de menace que quatre libraires de la commune de Jette ont reçu quant à la parution du dernier exemplaire de Charlie Hebdo. L'hebdomadaire, touché de plein fouet par une attaque terroriste la semaine passée à Paris, a mis le prophète Mahomet en couverture de son nouveau numéro.

En savoir plus sur:

Nos partenaires