Ambassadeurs Wallonie-Bruxelles : Brahy (CDH) et Baras (PS) prolongent

28/06/12 à 06:10 - Mise à jour à 06:10

Source: Le Vif

Qui va où ? Rudy Demotte et ses ministres devraient annoncer, aujourd'hui, les nouvelles affectations à l'étranger des délégués Wallonie-Bruxelles. En primeur, voici leur verdict.

Ambassadeurs Wallonie-Bruxelles : Brahy (CDH) et Baras (PS) prolongent

© Belga

Le "mouvement diplomatique" francophone est au menu de la réunion du gouvernement wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, prévue ce jeudi. Les ambassadeurs de Wallonie-Bruxelles International (WBI) connaîtront donc officiellement leur nouvelle affectation. Ceux qui, via leur administration, sont déjà fixés de façon quasi certaine sur leur prochaine destination ont d'ailleurs commencé à préparer leur déménagement : le futur mandat des treize délégués à l'étranger et des cinq conseillers commence le 1er septembre (et il aura une durée de trois ans seulement au lieu de quatre).

D'après nos sources, pas de souci pour Kathryn Brahy (étiquetée CDH) : l'ex-journaliste de RTL, arrivée à Kinshasa en 2008, pourra y poursuivre son travail. Trois candidats avaient manifesté de l'intérêt pour la capitale congolaise, mais le comité de direction de WBI, satisfait de l'investissement de l'apprentie diplomate dans ce poste délicat, l'avait classée en tête de liste. De même, Jean-Pol Baras (PS), autre délégué politiquement parachuté, renouvelle son bail à Paris, malgré un classement médiocre. Mais il n'y séjournera qu'un an : il aura atteint l'âge de la retraite en octobre 2013. Actuellement à Genève, Marc Clairbois, un délégué expérimenté classé premier à la fois pour Paris et La Haye, rejoindra donc les Pays-Bas, assurent nos sources. Actuelle déléguée à Bucarest, Fabienne Reuter, arrivée deuxième pour Paris, rentre finalement au pays. À l'inverse, Daniel Sotiaux quitte l'administration de la place Sainctelette, à Bruxelles, pour Québec...
Quant aux trois nouveaux postes très décriés de "Hauts représentants", réservés à des parachutés politiques imposés par le gouvernement wallon et la Fédération Wallonie-Bruxelles, ils ne seront pas attribués, nous assure-t-on au cabinet Demotte, avant septembre prochain.

Olivier Rogeau

En savoir plus sur:

Nos partenaires