AIP : actions de grève dans les entreprises et les transports

18/02/11 à 08:32 - Mise à jour à 08:32

Source: Le Vif

Le projet d'accord interprofessionnel ne passe pas. La FGTB a, du coup, maintenu ses actions. La CSC ne participe pas. Des actions de grogne touchent les transports en commun de Liège et d'Anvers. 400 travailleurs bloquent, via des barrages filtrants, le zoning des Plenesses.

AIP : actions de grève dans les entreprises et les transports

© Belga

"En raison de la participation d'une partie importante de notre personnel à la manifestation interprofessionnelle, l'ensemble du réseau du TEC Liège-Verviers est très fortement perturbé. Près de 50% de nos lignes sont touchées", a indiqué Stéphane Thiery. D'importants retards et des suppressions de services sont à prévoir sur l'ensemble du réseau de Liège-Verviers tout au long de la journée.

Les transports publics fortement perturbés en province d'Anvers Le trafic des bus et trams est fortement perturbé vendredi matin dans toute la province d'Anvers. A peine 40% des bus et trams roulent, a-t-on appris auprès de De Lijn Anvers. Ces perturbations font également suite à la manifestation annoncée par le syndicat socialiste FGTB contre l'accord interprofessionnel. Beaucoup de conducteurs de De Lijn n'ont pas rejoint leur poste car ils vont manifester. La société De Lijn conseille aux passagers de consulter le site web www.delijn.be pour voir si leur ligne est assurée vendredi.

400 travailleurs bloquent, via des barrages filtrants, le zoning des Plenesses

Quelque 400 délégués et militants de la FGTB Verviers et Communauté germanophone ont bloqué, vendredi entre 5h30 et 8h30 du matin, le zoning des Plenesses. Par ce mouvement de contestation, ils veulent sensibiliser les travailleurs aux actions nationales prévues le 4 mars prochain contre l'accord interprofessionnel.

Les affiliés étaient disposés aux six entrées du zoning et laissaient passer au compte goutte les travailleurs. Ils se rendront ensuite pour 9 heures sur le parking de l'ancien carrefour d'Eupen, fermé depuis le 31 juillet 2010. La circulation vers Eupen sera fortement perturbée durant la matinée. L'usine d'Arcelor Mittal à Chertal est à l'arrêt ainsi que plusieurs autres entreprises de la région telles que Spa Monopole, SCA Hygiène et products, Delacre, Polyform, Excel, les Pompes Bertrand.

Piquet de grève devant la centrale nucléaire de Tihange
Même topo à Tihange où l'accès à la centrale nucléaire est bloqué par un piquet de grève depuis 5h00 vendredi matin. "On s'aligne dans les actions qui ont été lancées par la FGTB au niveau national. Actuellement entre 1.500 et 1.600 personnes entrent sur le site. De nombreuses entreprises seront concernées par le blocage et, j'espère, se sentiront concernées par ce projet d'accord interprofessionnel", explique Jorge Canas-Garcia, porte-parole de la FGTB.

Pour Electrabel, l'action tombe au plus mauvais moment car le réacteur de l'unité 2 de la centrale est en cours de rechargement. Ceci conduira à un retard dans la remise en marche de l'unité. Le piquet de grève qui restera sur le site durant toute la journée laisse néanmoins les pilotes des trois générateurs et les services chargés d'assurer la sécurité du site de la centrale. L'action se mène dans le calme. Les travailleurs de la centrale sont peu nombreux car ils avaient été avertis de la tenue de ce piquet de grève.

Rencontre entre le groupe des 10 et Yves Leterme ce vendredi

Dans le cadre de ces manifestations contre l'AIP, la FGTB espère que la rencontre prévue ce vendredi entre le groupe des 10 et Yves Leterme, Premier ministre, permettra d'amender les textes mis sur la table par le gouvernement. "Nous espérons que l'on pourra relever la norme maximale et que le gouvernement, prompt à réagir face aux marchés financiers, le sera tout autant par rapport à la grogne des travailleurs", souligne Daniel Richard, secrétaire régional interprofessionnel.

Les syndicats craignent aussi le sommet européen prévu en mars prochain où la politique de l'indexation des salaires sera remise en question. Ils stigmatisent également l'augmentation des aides aux entreprises "de l'ordre de 3,5% d'ici 2012 alors que le salaire du travail augmentera de 3 pour 1000".

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires