17.000 participants à la parade de Tout Autre Chose

29/03/15 à 15:26 - Mise à jour à 16:56

Source: Belga

Quelque 17.000 personnes ont participé dimanche après-midi à la Grande Parade dans le centre de Bruxelles, selon le premier comptage de la police de Bruxelles.

17.000 participants à la parade de Tout Autre Chose

© Belga

Les organisateurs estiment quant à eux qu'ils sont plus de 20.000 participants. Les manifestants, venus des quatre coins du pays, de tous âges, origines et cultures, ont bravé la pluie et le vent pour affirmer qu'il existe une alternative aux politiques d'austérité pratiquées par les gouvernements du pays.

"Le temps de chien ne nous effraie pas, nous sommes ici car c'est ici que nous devons être", commentait une jeune famille de la région de Louvain. "Nous devons faire entendre notre voix contre les économies aveugles, contre les suppressions aveugles d'investissements dans tout ce qui concerne le social.

Le gouvernement fait des choix erronés, non pas par nécessité mais pour des considérations idéologiques. Nous demandons des impôts plus justes, qui répartissent les efforts sur tout le monde, et une meilleure redistribution des revenus de ces impôts." Un groupe de femmes d'âge moyen allait dans le même sens. "Nous voulons faire contrepoids contre la politique froide qui est menée actuellement.

Des impôts plus équitables et une meilleure redistribution, avec plus d'investissements dans la culture, l'enseignement, l'écologie et la lutte contre la pauvreté, c'est ce que nous voulons. Tout ne peut et ne doit pas être déterminé par des choix individuels et en être la conséquence. Nous réclamons une société attentive."

Une famille venue de Gand - et réunissant trois générations - voit plus large. "Nous sommes ici car c'est nécessaire, parce que la vision de notre monde et de la société va dans le mauvais sens, et cela ne vaut pas que pour nos gouvernements", expliquaient ses membres. "Tout ne doit pas être rentable, tout ne doit pas être basé sur le gain. Une société ne peut se dire civilisée que si elle prend en charge les plus faibles."

En savoir plus sur:

Nos partenaires