+ 1,6 % = les intentions de vote pour le MR

15/10/13 à 13:29 - Mise à jour à 13:29

Source: Le Vif

"Les intentions de vote pour le MR étaient de 21,8% en septembre 2012 en Wallonie pour passer à 23,4 % en novembre 2012, soit une progression de 1,6% de progression en faveur du MR contre un PS qui stagne". Willy Borsus, chef de groupe MR au parlement wallon, 26 novembre 2012.

+ 1,6 % = les intentions de vote pour le MR

© ThinkStock


Décodage Rien de tel qu'une hausse dans les sondages pour pousser un cocorico, galvaniser les troupes et donner à l'électeur potentiel l'impression de soutenir une équipe qui gagne. Seulement voilà : même les sondages les plus sérieux (en l'occurrence le Grand Baromètre Ipsos/RTL/Le Soir) ne constituent jamais qu'une photo floue à un instant précis. Celui-là présentait, en Wallonie, une marge d'erreur maximale de 3,3 % pour un taux de confiance de 95 %. Ce qui signifie ? Qu'en cas d'élection durant cette période, le MR wallon aurait eu 95 % de chances d'obtenir un résultat compris entre 20,1 % et 26,7 % (23,4 % plus ou moins 3,3 points de marge d'erreur). Alors qu'en septembre, ses résultats auraient plutôt oscillé entre 18,5 % et 25,1 % (21,8 % plus ou moins la même marge d'erreur). Autrement dit, il était strictement impossible d'en déduire que les libéraux avaient progressé. Les sondages Ispos de 2013 l'ont d'ailleurs confirmé : 22,6 % en mars, 22,1 % en juin et 23,3 % en août. Bref : depuis un an, les sondages lui prédisent un score qui, marge d'erreur comprise, se situe le plus souvent entre 20 et 25 %.

Par ailleurs, beaucoup d'experts regrettent le manque d'information que les médias fournissent sur la méthodologie des sondages en général, souvent réduite à un minuscule encadré. Cela n'a rien d'un détail : si un sondage a été effectué en ligne, la majeure partie des personnes âgées, mais pourtant électrices, est sous-représentée. "Quand le New York Times publie un sondage, la méthodologie occupe une demi-page", constate François Heinderickx, professeur à la section communication de l'ULB.

En savoir plus sur:

Nos partenaires