Accès au crédit pour les PME - La Febelfin sceptique envers certaines propositions du gouvernement

14/06/13 à 18:42 - Mise à jour à 18:42

Source: Le Vif

(Belga) La fédération belge du secteur financier (Febelfin) a réservé un accueil mitigé aux propositions du gouvernement visant à stimuler l'accès des PME au crédit.

Accès au crédit pour les PME - La Febelfin sceptique envers certaines propositions du gouvernement

"Nous sommes entièrement d'accord avec la nécessité de mieux financer les entreprises mais nous ne partageons pas entièrement l'analyse du gouvernement. Certaines mesures ne nous ont pas convaincus, voire nous laissent sceptiques", a réagi l'administrateur délégué de Febelfin, Michel Vermaerke interrogé par Belga. Le monde bancaire belge pointe particulièrement le dessein gouvernemental de réduire les indemnités de remploi pour les entrepreneurs qui remboursement anticipativement leur emprunt. "Les banques devront intégrer ce risque dans leurs coûts. Ca se reflétera dans la tarification des crédits", redoute M. Vermaerke. Febelfin pointe aussi l'obligation légale pour les banques d'octroyer à leurs clients le crédit le plus approprié à leurs besoins. "J'espère que cela ne va pas donner lieu à des litiges", poursuit M. Vermaerke, qui craint les charges administratives que cela va entraîner, ainsi qu'un ralentissement du processus décisionnel des prêteurs. Le représentant des banques belges rappellent par ailleurs qu'elles ont déjà créé des outils d'information pour aider les entrepreneurs à faire le bon choix. Quant au problème de fond, à savoir la difficulté grandissante pour les PME d'accéder au crédit, la Febelfin estime que cette situation est en réalité due à l'état de leurs performances financières, directement impactées par la conjoncture maussade actuellement. "Donner crédit, c'est s'assurer qu'il y a une capacité de rembourser...", souligne M. Vermaerke. Selon Febelfin, les banques belges ne peuvent être accusées d'assécher les crédits. Celles-ci ont octroyé des crédits à hauteur de 120 milliards d'euros à des taux inférieurs à 3%, et ce alors que leur marge de rentabilité s'est considérablement réduite en Belgique. "Nulle part ailleurs en Europe on ne trouve pareil effort. L'analyse montre que les banques belges font leur job", conclut M. Vermaerke. (Belga)

Nos partenaires