Abdication - Le bilan du roi Albert II est positif pour les éditorialistes flamands

04/07/13 à 07:20 - Mise à jour à 07:20

Source: Le Vif

(Belga) L'annonce de l'abdication du roi Albert II n'est pas une surprise, mais le moment choisi l'est par contre, soulignent jeudi les éditorialistes flamands. Le Roi est fatigué, il a des problèmes de santé et sa vie privée et sa famille ont fait l'objet ces derniers temps de nombreuses discussions. Les éditorialistes s'attendaient toutefois à ce qu'il attende la formation du prochain gouvernement avant de passer le flambeau à son fils, le prince Philippe.

Abdication - Le bilan du roi Albert II est positif pour les éditorialistes flamands

Albert II est dans l'ensemble décrit comme un Roi enjoué, moderne, consciencieux et qui s'est rarement occupé de politique, ou est du moins resté neutre politiquement, "bien que son rôle, en raison des circonstances - voyez notamment la formation du gouvernement en 2010-2011 qui a pris plus de 500 jours - était pourtant parfois bon gré mal gré coloré politiquement", indique Isabel Albers dans le quotidien De Tijd. De nombreux connaisseurs voient également dans cette passation de pouvoir une occasion de limiter la fonction du souverain à une fonction protocolaire. "C'est aussi la seule version de la monarchie héréditaire qui subsiste intellectuellement dans une société moderne et un pays compliqué comme la Belgique", explique notamment Bart Sturtewagen dans De Standaard. En ce qui concerne le futur roi Philippe, de nombreux éditorialistes déclarent qu'il faut maintenant attendre et voir venir. "Le futur roi Philippe va-t-il prendre pour modèle le 'roi-prêtre' Baudouin, ou son père souriant, un homme avec des faiblesses humaines", s'interroge Yves Desmet dans le journal De Morgen. Eric Doncker du quotidien Het Belang van Limburg voit lui déjà, comme de nombreux autres, dans la formation du nouveau gouvernement l'an prochain le test décisif pour le nouveau souverain. Pour Luc Van Der Kelen du Het Laatste Nieuws, "tout souverain doit suivre sa voie, le prince Philippe également. 'La fonction crée le roi'". (Belga)

Nos partenaires