Le Belgica.

Le nouveau navire de recherches scientifiques belge s’appelle Belgica 2

Le nouveau navire de recherches scientifiques belge, qui doit remplacer le RV Belgica après 35 ans de loyaux services, s’appelle Belgica 2, a annoncé jeudi la ministre en charge de la Politique scientifique, Sophie Wilmès (MR), aux côtés des élèves qui avaient suggéré le nom.

Ce sont les élèves de première secondaire de l’Athénée Maurice Destenay de Liège qui ont remporté le concours organisé par le cabinet de la politique scientifique, grâce à leur proposition « Belgica 2 ». Ils auront l’opportunité de partir en croisière, pendant une journée, à bord du navire de recherche océanographique actuel, le RV Belgica. Au total, 19 suggestions avaient été envoyées et parmi celles-ci, six noms avaient été sélectionnés (Belgica 2, Stella Maris, Impact, Oddysea, Belsora et Lab Mare) pour être soumis au vote du public. Belgica 2 a reçu les faveurs de 1.600 personnes (33,2%) sur les quelque 5.000 votants ayant donné leur préférence. « Là où le nom de Belgica II a peut-être moins d’originalité que les autres propositions en lice dans ce concours, il est sans égal dans sa symbolique.

Le nouveau navire continuera de porter haut les couleurs de la Belgique, rappelant par la même occasion que notre pays est capable de grands projets, comme ce fut le cas lorsque le tout premier navire naviguait sous les ordres d’Adrien de Gerlache au XIXe siècle. Si les objectifs scientifiques ont quelque peu changé par rapport à ceux de l’époque, nul doute que le Belgica II aura d’importantes contributions à apporter au monde scientifique », a commenté la ministre Wilmès.

Cette dernière s’est par ailleurs réjouie que la Belgique puisse prendre part à de grand enjeux contemporains comme la lutte contre le réchauffement climatique ou la protection de l’environnement grâce à ce nouveau navire. Le Belgica est un laboratoire de recherche marine qui coopère avec les universités belges. Au coeur de ses tâches, on retrouve la surveillance nationale, l’exploration marine et l’inspection de la qualité des eaux des océans. Bien que la mer du Nord soit sa principale zone d’intervention, l’appareil a déjà vogué jusqu’au golfe de Gascogne et en mer d’Irlande. En 2016, le gouvernement fédéral avait décidé de faire construire un nouveau navire de recherches pour succéder au RV Belgica, qui en l’espace de 35 ans de service a parcouru un total de 900.000 km et pris part à plus de 1.000 expéditions scientifiques. Le contrat de conception, confié au chantier naval espagnol Freire Shipyard, a débuté le 8 juin dernier et durera 28 mois.

La réception du navire est prévue fin 2020 pour un coût de 54 millions d’euros (TVA comprise). Par rapport à son prédécesseur, le Belgica 2 sera plus spacieux (environ 70m de long contre 50m actuellement), plus sophistiqué (des échantillons pourront être prélevés jusqu’à une profondeur de 5.000 m), plus écologique et plus silencieux (important pour la recherche sur les poissons, entre autres). L’espace de laboratoire sera en outre doublé et permettra d’accueillir jusqu’à 28 scientifiques. Le navire aura une autonomie de 30 jours et effectuera environ 300 jours de recherche en mer chaque année. Sa zone d’intervention sera par ailleurs élargie: vers le nord, le navire pourra pousser jusqu’au au-dessus du cercle arctique, l’appareil pourra également naviguer plus loin vers le sud, y compris la Méditerranée et la mer Noire, et vers l’ouest dans l’Océan Atlantique. Le nouveau Belgica sera la propriété de l’État belge, représenté par la Politique scientifique fédérale (BELSPO). Sa gestion opérationnelle sera assurée par l’Institut royal des Sciences naturelles deBelgique (IRSNB) en collaboration avec le ministère de la Défense.

Partner Content