© getty

« Dans cent ans, la terre sera peuplée de rats, de souris et de lapins »

Le Vif

Alors que le changement climatique se fait de plus en plus visible, il est bon de se tourner vers le passé. Le paléontologue et biologiste de l’évolution Steve Brusatte y est habitué : il ne regarde pas à un million d’années. Entretien sur les périodes glaciaires, les crocodiles à deux pattes, et pourquoi l’humain est devenu ce qu’il est.

Il a étudié des découvertes de dinosaures au Niger, en Chine et en Écosse, a fait une carrière universitaire éclair et a travaillé sur des documentaires pour National Geographic. Mais sa carte de visite la plus cool est sans doute d’avoir été conseiller sur le film Jurassic World: Le monde d’après, actuellement en salles. Steve Brusatte (38 ans), professeur de paléontologie et d’évolution à l’université d’Édimbourg, passe encore deux mois par an à faire des fouilles. Mais dans son nouveau livre, The Rise and Reign of the Mammals, il va au-delà du T-rex. Avec un peu de retard, il se passionne pour … les mammifères.

Vous dites que nous vivons à l’ère des mammifères. Mais il existe certainement beaucoup plus d’espèces d’oiseaux, sans parler des insectes ?

Steve Brusatte: Vous avez raison. Il existe environ 6000 espèces de mammifères, mais il y a plus de deux fois plus d’espèces d’oiseaux. Si les oiseaux pouvaient écrire des livres, ils diraient probablement que nous vivons à l’ère des oiseaux. Mais il n’y a pas que le nombre qui compte, il y a aussi la diversité des espèces. Aucun autre groupe d’organismes n’est aussi large, de la musaraigne à la baleine bleue. Les mammifères creusent et nagent, ils volent et planent, ils grimpent et galopent. Ils occupent à la fois le sommet de la chaîne alimentaire et la niche des plus grands herbivores.

Qu’est-ce qui rend les mammifères si polyvalents ? Ont-ils une plus grande capacité d’adaptation que les autres animaux ?

C’est une question intéressante. Même à l’époque des dinosaures, les mammifères étaient étonnamment diversifiés. Ils semblent avoir quelque chose de spécial. Peut-être est-ce à cause de leurs gros cerveaux ? De leur croissance rapide ? De leurs différentes dents ? Quoi qu’il en soit, ils semblent avoir une grande capacité d’adaptation génétique.

Lorsque les dinosaures se sont éteints, quelques mammifères ont survécu, dont sont nés les écureuils, les antilopes et les éléphants. Quelques crocodiles ont survécu, mais ils n’ont généré que des crocodiles.

C’est vrai, mais les crocodiles et leurs ancêtres ont aussi eu leurs jours de gloire. Au Trias, il y a plus de 200 millions d’années, il y avait toutes sortes de crocodiles, aussi bien dans l’eau que sur terre. Les crocodiles étaient les prédateurs les plus redoutables. Il y avait aussi des espèces herbivores, des crocodiles avec des becs et des crocodiles qui marchaient sur deux pattes. Puis, à la fin de la période triasique, une catastrophe a frappé la terre et toute cette diversité a disparu. Les crocodiles ne se sont jamais remis. Peut-être est-ce simplement une question de chance que des espèces ayant un tel potentiel évolutif survivent à une telle catastrophe.

Revenons à l’ère glaciaire en ces temps chauds. Quel impact a-t-elle eu sur les mammifères ?

Les périodes glaciaires ont donné naissance à la mégafaune : les mammouths laineux, les félins à dents de sabre, les castors géants. Il y avait des paresseux dont la hauteur à l’épaule atteignait 3,50 mètres, des tatous aussi grands qu’une Volkswagen Coccinelle et des kangourous trop gros pour sauter. Beaucoup de gens pensent que les mammouths, les cerfs géants et les félins à dents de sabre vivaient il y a très longtemps, mais la plupart d’entre eux se sont éteints il y a 10 000 ans. Nos ancêtres les croisaient encore. Ils les chassaient et peignaient leurs images sur les murs des grottes.

La période glaciaire a entraîné des changements de température spectaculaires. Est-ce la raison pour laquelle de nombreuses espèces se sont éteintes?

Non, pas du tout. Il est vrai que de nombreux grands mammifères ont disparu à la fin de la dernière période glaciaire, lorsque le climat est soudainement devenu beaucoup plus chaud, mais le climat en est-il vraiment responsable ? N’oubliez pas qu’il y a eu des dizaines de périodes glaciaires. La période glaciaire a connu une alternance cyclique de grandes phases glaciaires et de périodes plus chaudes. Les mammouths et autres grands animaux ont survécu à tous ces cycles. Ils n’ont disparu qu’à la fin de la dernière période glaciaire. La question est alors : qu’est-ce qui était différent à l’époque ? Eh bien, à cette époque, l’homo sapiens errait dans les environs. Je suppose que nous, les humains, avons joué un rôle majeur dans l’extinction de la mégafaune pendant la période glaciaire, par la chasse ou la destruction de l’habitat.

Et l’homme, a-t-il aussi été façonné par les périodes glaciaires ?

Tout à fait. C’est particulièrement visible chez les Néandertaliens. Ils étaient d’une stature trapue, petits et musclés. C’est exactement la forme à laquelle on peut s’attendre dans un climat froid. L’homme, comme la plupart des mammifères vivants aujourd’hui, est le produit d’un processus de refroidissement global qui a commencé bien avant les périodes glaciaires. Pendant des dizaines de millions d’années, le monde est devenu de plus en plus froid. Les forêts se sont donc réduites et ont fait place aux prairies et aux savanes.

Les steppes qui couvrent de grandes parties de la terre n’existaient pas?

Les herbes qui y poussent sont de nouveaux venus sur la Terre. La plupart des dinosaures n’ont jamais vu un brin d’herbe. La poussée de l’herbe n’a commencé que lorsque le froid a rendu le sol beaucoup plus sec.

Un monde sans herbe : c’est difficile à imaginer.

En effet, aujourd’hui, nous avons des herbes partout. Nous prenons des photos de nos enfants avec le ciel bleu, le soleil jaune et l’herbe verte en arrière-plan. Sans les herbes, nous mourrions de faim, nous n’aurions pas de blé, pas de seigle, pas de riz, pas de maïs. Même notre bétail et nos moutons n’auraient rien à manger.

Que signifiait le triomphe des herbes pour les mammifères ?

L’impact peut difficilement être surestimé. Tout d’abord, une nouvelle source de nourriture, rapidement renouvelable, est apparue. Cela a conduit à la prolifération des chevaux, des chameaux, des antilopes et autres herbivores. Les savanes fournissaient de bons coureurs. Dans les prairies ouvertes, il n’y a pas d’arbres à escalader ni de buissons pour se cacher. Si vous voulez être à l’abri des prédateurs là-bas, vous devez être capable de courir. Nous, les humains, ne pouvons courir que parce que nos ancêtres, à un moment donné, sont sortis de la forêt pour rejoindre la savane sur deux jambes.

Remontons un peu plus loin dans l’histoire de la Terre. Plus on s’enfonce dans le passé, plus la Terre était chaude.

Exactement. Elle était la plus chaude il y a 56 millions d’années. La température sur terre a alors augmenté de huit degrés en quelques dizaines de milliers d’années.

Comment ont réagi les animaux?

Ils se sont adaptés. Ils sont devenus plus petits : environ 40 % de toutes les espèces de mammifères ont rétréci au cours de cette période. Deuxièmement, le changement climatique a déclenché d’énormes mouvements migratoires. Au nord, des couloirs se sont soudainement ouverts, permettant aux animaux de faire des allers-retours entre l’Amérique, l’Asie et l’Europe. Et troisièmement, le changement climatique a entraîné l’émergence de nouveaux groupes d’animaux. Les primates en ont également profité.

Nos ancêtres aussi?

Oui. Nous, les primates, sommes le résultat du réchauffement climatique. Nous devons beaucoup de nos caractéristiques physiques à cette période. Nos visages plats, nos yeux tournés vers l’avant et nos gros cerveaux. Ou nos mains : au lieu de griffes, les primates ont des ongles plats, et ils ont un pouce pour saisir les branches et cueillir les fruits.

Revenons 10 millions d’années en arrière. Il y a environ 66 millions d’années, un astéroïde a frappé notre planète.

Ce fut un tournant dans l’évolution des mammifères, et probablement le pire jour de l’histoire de la vie tout court. En général, l’évolution est lente, sur des millions d’années. Mais ici, il y a eu un moment violent. Boum ! Un morceau de la taille du Mont Everest s’est écrasé sur ce qui est maintenant le Mexique. L’explosion a libéré l’énergie d’un milliard de bombes atomiques. Les feux de forêt, les tsunamis et les tremblements de terre ont déséquilibré la terre. Il pleuvait des boules de verre chaudes. Et tout cela en quelques minutes, quelques heures, au plus quelques jours après l’impact. Puis l’atmosphère a été assombrie par la suie et la poussière. L’écosystème mondial s’est effondré comme un château de cartes.

Entraînant l’extinction d’innombrables espèces ?

Oui, c’était désastreux pour les dinosaures. Ils étaient grands, ils avaient besoin d’un type de nourriture très spécial et ils grandissaient lentement.

Les mammifères ont fait mieux ?

Oui et non. Ils avaient appris à survivre dans un monde dominé par les dinosaures pendant plus de 150 millions d’années. Ils en ont profité. Ils étaient petits, pouvaient se cacher, grandissaient rapidement et la plupart étaient omnivores. Mais il y avait, bien sûr, de nombreux mammifères parmi les victimes. On estime que neuf espèces sur dix se sont éteintes.

Certains dinosaures ont survécu à la catastrophe, mais ils ont suivi un chemin très différent de celui des mammifères.

Les oiseaux ont survécu, et les oiseaux sont une espèce très particulière et spécialisée de dinosaures. C’est la clé pour comprendre pourquoi les deux groupes d’animaux ont évolué si différemment. De nombreuses espèces d’oiseaux ont évolué, mais ils sont restés des spécialistes dotés d’ailes et de becs. Les mammifères, en revanche, étaient des généralistes. Ils ont apporté le potentiel évolutif permettant de produire une diversité allant de la taupe au cachalot, du hérisson à l’ours polaire et de la chauve-souris vampire à l’homo sapiens.

A quelle vitesse cette diversité a-t-elle émergé après l’impact de l’astéroïde ?

C’était incroyablement rapide. Nous avons récemment étudié cette période dans le cadre d’un projet financé par le Conseil européen de la recherche. Au cours des dix premiers millions d’années suivant l’impact, la diversité et l’abondance des mammifères augmentent rapidement. Ils deviennent de plus en plus gros, ils conquièrent le sommet de la chaîne alimentaire, on obtient des formes qui ressemblent à des chevaux, des singes ou des baleines.

Pouvez-vous reconstituer l’évolution des caractéristiques particulières des baleines, des chauves-souris ou des éléphants?

Avec les baleines, par exemple, nous pouvons très bien le faire. Nous avons assez de fossiles à différents stades de développement pour faire une histoire cohérente. On peut reconstituer exactement comment Bambi s’est transformé en Moby Dick. Ce n’est pas encore le cas pour les chauves-souris.

Le public s’intéresse-t-il à ces histoires, ou veut-il simplement entendre parler de dinosaures ?

Oh, pendant longtemps j’ai aussi trouvé que les mammifères étaient ennuyeux et inintéressants. Adolescent, je me suis fait expliquer un jour par un paléontologue la collection du Carnegie Museum of Natural History de Pittsburgh. Il a décrit de nombreux mammifères disparus, mais je n’étais pas passionné. Je ne m’intéressais qu’aux dinosaures.

Quand avez-vous changé d’avis ?

Il a fallu beaucoup de temps. Un article paru dans la revue Nature en 2007 y a joué un rôle majeur. L’auteur a donné un aperçu de la faune incroyablement riche des mammifères qui ont vécu à la même époque que les dinosaures. Et ces animaux étaient effectivement petits, mais extrêmement polyvalents.

Comment pouvons-nous imaginer cela ? Y avait-il des petits mammifères qui gambadaient partout à l’époque des dinosaures ?

C’était probablement similaire à ce que nous voyons aujourd’hui avec les rats et les souris: ils étaient partout, mais on ne pouvait pas les voir. Ils dirigeaient leur royaume de l’ombre. Du point de vue des vers, des escargots ou des cafards, ce n’était pas l’âge des dinosaures, mais c’était déjà l’âge des mammifères.

Est-ce à cause des dinosaures que les mammifères étaient petits ?

Oui. Pendant 150 millions d’années, aucun mammifère n’était plus gros qu’un blaireau. Mais on peut aussi voir les choses dans l’autre sens : les mammifères ont permis aux dinosaures de rester grands. Il n’y a jamais eu de tyrannosaure rex de la taille d’une belette, ni de tricératops de la taille d’une souris. Ces niches étaient toutes occupées par des mammifères.

Quand sont nés les premiers mammifères ?

Pour répondre à cette question, il faut remonter encore plus loin dans le temps, à la période du Trias, qui a débuté il y a 252 millions d’années. Les premiers fossiles d’animaux pouvant être considérés comme des mammifères datent de cette période.

A quoi ressemblaient-ils ?

Ils avaient probablement des cheveux. Ils avaient probablement déjà le sang chaud. Ils avaient des dents de lait lorsqu’ils étaient bébés, ce qui indique qu’ils buvaient du lait maternel. Ils sentaient et entendaient bien, et ils étaient petits.

Le Trias a été précédé d’une période au cours de laquelle de nombreuses espèces se sont éteintes. Que signifient de telles catastrophes dans l’évolution ? L’arbre de vie a-t-il simplement besoin d’être taillé de temps en temps ?

Peut-être. Je ne sais pas si les catastrophes sont vraiment nécessaires à l’évolution de la vie. Mais une chose est sûre : les mammifères comme les dinosaures n’ont eu leur chance que lorsque l’extinction massive des espèces a créé l’espace nécessaire pour eux. Chaque catastrophe cause beaucoup de morts, mais aussi beaucoup d’innovations.

Vivons-nous actuellement la sixième vague d’extinction massive de l’histoire de la Terre ? Causé par l’homme ?

Nous ne le savons pas encore. Il ne fait aucun doute que la situation est très préoccupante, les écosystèmes de la planète sont en train de changer de façon spectaculaire. Pourtant, nous ne devons pas penser uniquement en termes de « grands moments de mortalité ». Depuis la période glaciaire, 350 espèces de mammifères ont disparu, soit plus de 5 %. C’est beaucoup, mais ce n’est rien comparé aux cinq grandes périodes d’extinction de l’histoire de la Terre.

Alors ce n’est pas si mal ?

Ce n’est pas du tout ce que je veux dire. Les mammifères sont plus menacés que jamais depuis l’impact d’un astéroïde il y a 66 millions d’années. La Terre change, et vite. Nous devons nous adapter, comme toutes les autres espèces. Il n’y a pas d’autre moyen.

Si une espèce majeure s’éteint, qui survivra cette fois ?

L’histoire nous enseigne que les grands animaux disparaissent en premier. Parce qu’ils ont besoin de plus de ressources, de plus d’espace, et que leurs jeunes ont besoin de plus de temps pour grandir. Déjà, il ne reste plus grand-chose de la mégafaune. Quelques éléphants, buffles et ours, c’est tout. Dans le pire des cas, dans 100 ans, ils n’existeront plus. Au lieu de cela, la terre sera peuplée principalement de rats, de souris et de lapins. C’est une autre raison de faire attention. Parce que pourquoi on va au zoo? Pour voir des lions et des éléphants. Ce sont les grands animaux qui nous intéressent le plus.

Partner Content