© Getty

La grippe aviaire sera-t-elle la prochaine pandémie ?

La grippe aviaire fait des ravages dans nos populations d’oiseaux sauvages. Les scientifiques craignent que si la maladie s’installe en milieu naturel, les conséquences pour l’industrie avicole soient dévastatrices. Une situation qui ne serait pas non plus sans danger pour la santé des hommes.

Le 26 janvier, un homme vêtu d’une combinaison de protection blanche, avec des gants, des bottes, des lunettes et un masque étrange, se promenait dans la réserve naturelle Waasland, dans le Doelpolder Noord. Il portait un grand sac sur son dos dans lequel il jetait régulièrement tout ce qu’il ramassait. Il s’agit de l’expert en oiseaux Kjell Janssens de l’Institut de recherche sur la nature et les forêts (lNBO : Instituut voor Natuur- en Bosonderzoek). Après avoir reçu un message d’un garde forestier local inquiet, il avait été chargé de vérifier s’il y avait beaucoup de carcasses d’oiseaux dans les environs. Comme la grippe aviaire fait rage en Europe et que le virus peut être exceptionnellement dangereux pour l’homme, il a dû prendre des mesures de protection spéciales, comme si la crise du Covid s’invitait aussi dans nos campagnes.

Il s’attendait à trouver une douzaine d’oiseaux morts, mais il a ramassé plus de cinquante carcasses d’oies sauvages, en plus de quelques canards, d’une mouette rieuse et d’un pluvier doré. Un chiffre alarmant. La plupart des oiseaux sont probablement morts après avoir été infectés par une forme grave de la grippe aviaire. Ailleurs en Europe, des milliers d’animaux morts ont été retrouvés, principalement des oiseaux aquatiques. Aux Pays-Bas, des prédateurs infectés ont également été découverts. Non seulement des oiseaux de proie tels que les buses, les faucons et les hiboux, mais aussi des renards et des martres. Sur un lac en Israël, pas moins de huit mille grues sont mortes de la grippe aviaire en un court laps de temps. Le virus se propage principalement par les excréments.

La grippe aviaire sera-t-elle la prochaine pandémie ?
© Getty

Il y avait particulièrement peu d’oies cette année dans les polders du Waasland. L’hiver dernier, les experts de l’INBO ont compté 13 000 bernaches nonnettes – actuellement l’espèce la plus touchée par le virus. Cette année, ils ne sont pas allés au-delà de 7 000. Aucun oiseau migrateur en provenance de Russie n’a non plus été observé dans les polders, ce sont tous des oiseaux de Flandre ou de Zélande. « C’est comme si les animaux évitaient une zone s’il y a trop de congénères morts », soupire M. Janssens, en faisant remarquer qu’on retrouve aussi un nombre frappant d’oiseaux morts dans d’autres réserves naturelles en Belgique. Il s’inquiète de ce qui se passera pendant la saison de reproduction.

Des terrains propices aux mutations

« Les épidémies de grippe aviaire s’aggravent et deviennent plus fréquentes », préviens la bio-ingénieur Muriel Vervaeke de l’Agentschap voor Natuur en Bos (ANB) (l’Agence pour la Nature et les Forêts). Elle explique que les centres de sauvetage des oiseaux sont chargés de recueillir les oiseaux malades dans les réserves naturelles. En outre, l’ANB a conclu un accord avec cinq de ces centres pour collecter des carcasses d’oiseaux à des fins de recherche sur la grippe aviaire. De cette façon, la propagation de la maladie et l’apparition de différentes souches de virus sont cartographiées. La collecte doit être effectuée avec précaution, car le fait de déranger des oiseaux vivants peut favoriser la propagation de la maladie.

La grippe aviaire sera-t-elle la prochaine pandémie ?
© Getty

« Durant l’hiver 2020-2021, la grippe aviaire était déjà très présente dans notre région, mais contrairement au passé, elle n’a jamais complètement disparu au printemps et en été’, explique Vervaeke. Il y a maintenant une nouvelle épidémie avec une souche de virus différente, qui a remplacé la précédente. Il est à craindre que le virus pathogène de la grippe aviaire ne s’installe durablement dans nos populations d’oiseaux. On signale également un nombre impressionnant de renards morts. Il est possible qu’il s’agisse d’animaux qui ont été touchés par le virus, car les renards et autres charognards l’ingèrent à travers leur nourriture. Nous avons lancé un projet pour suivre cette question de près. »

Les animaux morts sont analysés dans le laboratoire de la virologue Mieke Steensels de Sciensano, l’institut de santé publique connu pour son rôle clé dans la lutte contre le coronavirus. Steensels craint également que le virus pathogène de la grippe aviaire ne devienne endémique en Europe et ne disparaisse jamais. Cela signifie qu’il continuerait à circuler et ne surgirait plus seulement qu’occasionnellement après avoir été importé par les oiseaux migrateurs. Mais de quelle façon cela va se produire et quelles espèces seront touchées reste un mystère. « Pour l’instant, nous effectuons une surveillance passive en analysant des échantillons d’oiseaux morts. Il est urgent de développer la surveillance active en testant systématiquement les oiseaux vivants pour détecter la présence du virus. »

La grippe aviaire sera-t-elle la prochaine pandémie ?
© Getty

Les scientifiques supposent que tous les virus de la grippe ont leur origine, parfois lointaine, dans les populations d’oiseaux. Les virus naturels de la grippe aviaire ne causent généralement que des effets légers. Mais en raison d’infections d’animaux dans les élevages intensifs de volailles, les formes bénignes ont muté en variantes très pathogènes. Les hangars dans lesquels on rassemble un grand nombre de poulets, d’oies ou de canards sont des lieux propices à la mutation des virus. Ils peuvent proliférer à loisir dans des populations d’animaux ayant peu ou pas de résistance naturelle. Ils peuvent également s’échapper et infecter les oiseaux sauvages, qui propagent alors les variants pathogènes dans le monde entier.

Il s’agit d’un scénario catastrophe cartographié par un groupe de recherche mené par l’épidémiologiste Marius Gilbert (ULB) – leur publication la plus importante sur le sujet est parue dans Frontiers in Veterinary Science. Depuis 1959, on a recensé 39 souches virales bénignes qui sont devenues pathogènes, dont 37 dans des élevages intensifs de volailles, la plupart dans des pays supposés riches (14 en Europe, neuf en Amérique du Nord, sept en Australie). Les autorités tentent généralement d’endiguer la propagation de la grippe aviaire en liquidant (« abattage » dans le jargon) tous les animaux d’un élevage infecté, mais ce faisant, elles éliminent également les animaux qui ont pu développer une résistance au virus. L’intervention limite donc les possibilités de créer une défense naturelle.

Les mécanismes derrière ces virus plus virulents

Les chercheurs ont détecté un deuxième mécanisme qui fait que le virus devient plus virulent : le réarrangement du matériel génétique par l’échange de gènes entre différentes souches virales. Ils ont enregistré 127 cas de ce type, la plupart dans les pays asiatiques et plus particulièrement dans les régions qui sont passées d’exploitations à petite échelle à des exploitations à plus grande échelle. Le fait que de nombreuses espèces, dont les porcs, soient élevées ensemble et entrent fréquemment en contact sur les marchés favorise les échanges. Un rapport récent paru dans Scientific Reports indique que pas moins de 13 % des volailles présentes sur les marchés chinois sont infectées par la grippe aviaire. Dans des pays comme la Chine, il est également courant de lâcher des canards domestiques dans les rizières où ils entrent en contact avec des oiseaux aquatiques sauvages. Cela favorise la propagation des virus mutants des animaux d’élevage aux populations d’oiseaux sauvages.

La grippe aviaire sera-t-elle la prochaine pandémie ?
© Getty

Au cours des 43 années ou l’on a monitoré la grippe aviaire, aucun passage de l’état bénin à l’état pathogène n’a été observé dans les populations d’oiseaux sauvages, selon l’équipe de Gilbert. Il se peut qu’il soit moins facile de le détecter là-bas, mais il est de toute façon moins évident pour un virus efficace de muter en quelque chose de plus pathogène chez les oiseaux sauvages que dans les élevages. Dans la nature, les oiseaux malades s’isolent et meurent trop rapidement pour pouvoir infecter de nombreuses autres personnes. En général, il y aurait une sorte d' »équilibre » naturel entre l’évolution des oiseaux et leurs virus de la grippe.

Dans The Journal of Animal Ecology, Marius Gilbert et ses collègues ont décrit les effets des variantes pathogènes sur les oiseaux sauvages. Les oies et les mouettes sont particulièrement touchées – notre mouette rieuse y serait particulièrement sensible. Pendant la migration, dans les lieux où les oiseaux se rassemblent, le virus peut également s’échanger entre espèces. Heureusement, les oiseaux chanteurs sont peu affectés, à l’exception des pies et des corbeaux, qui se nourrissent parfois des carcasses d’oiseaux morts.

Il n’est pas surprenant que la vague actuelle de virus touche particulièrement les bernaches nonnettes. L’espèce a connu une augmentation explosive de ses effectifs au cours des 25 dernières années et aime se nourrir en troupes denses dans les champs et les prairies. En outre, elle a tendance à se mondialiser. Il y a quelques hivers, une bernache nonnette mâle née en Zélande a rencontré une femelle originaire de Russie pour l’hiver, et au printemps, elle l’a accompagnée dans sa région natale. L’hiver suivant, cependant, ils ont volé ensemble dans la direction opposée et se sont retrouvés en Chine. De nombreux oiseaux ont peu de restrictions spatiales, ce qui facilite la propagation des virus.

Les conséquences se sont étendues à d’autres familles d’oiseaux. Des chercheurs ont rapporté dans la revue Viruses que dans le nord de l’Allemagne, durant l’hiver 2016-2017, dix-sept pygargues à queue blanche sont morts d’une inflammation du cerveau après avoir été infectés par le virus de la grippe aviaire, sans doute après avoir mangé des carcasses contaminées. La plupart des oiseaux étaient jeunes et leur résistance était peut-être insuffisante. Des chercheurs néerlandais ont publié dans Scientific Reports l’observation selon laquelle de nombreuses buses sont mortes de la grippe aviaire au cours de l’hiver 2020-2021, toutes des femelles et beaucoup de jeunes oiseaux. Les animaux n’avaient pas d’anticorps contre le virus dans leur organisme et étaient donc vulnérables.

La grippe aviaire sera-t-elle la prochaine pandémie ?
© Getty

Les poulets restent à l’intérieur

« La misère a commencé en Europe en 2005″, explique la virologue Mieke Steensels. C’est à ce moment-là que les premiers variants de virus hautement pathogènes ont été découverts chez les oiseaux sauvages. Au départ, il ne s’agissait que d’un événement occasionnel, mais à partir de 2014, le problème est devenu mondial et la fréquence des épidémies a augmenté. Il est frappant de constater que les variants du virus semblent changer chaque année. L’hiver dernier, nous avons eu des mélanges de variantes dites H5N8 et H5N5, cet hiver la variante H5N1 domine. Des observations effectuées aux Pays-Bas montrent que les formes de virus pathogènes dans la nature commencent à mener une vie propre ».

Il est en effet alarmant de constater que, ces dernières années, il n’y ait plus de lien entre les virus pathogènes de la grippe aviaire qui surgissaient dans les élevages intensifs et ceux qui infectent les oiseaux sauvages. « Les variants pathogènes sont considérés comme endémiques chez les volailles depuis 1996, comme quelque chose qui est toujours là. Mais pour les épidémies les plus récentes, il n’y a plus aucune preuve que la propagation provenait de l’industrie de la volaille », déclare Steensels. « Les variants pathogènes circulent désormais librement chez les oiseaux sauvages. Je signale aussi que je suis fier de notre secteur avicole, car nous n’avons eu que quatre foyers dans notre pays jusqu’à présent cet hiver, et il n’y a pas eu de transmission d’une exploitation à l’autre. La gestion des risques et les mesures de biosécurité sont bien suivies et sont efficaces.

La grippe aviaire sera-t-elle la prochaine pandémie ?
© Getty

Le fait que les virus pathogènes de la grippe aviaire deviennent endémiques dans notre environnement naturel n’implique-t-il pas que les mesures, telles que l’obligation de mise en cage, doivent devenir permanentes ? « Ce ne sera pas facile », déclare M. Steensels. « Il s’agit d’une discussion difficile, qui comprend également des éléments de bien-être animal – combien de temps peut-on garder les animaux à l’intérieur ? Pour les exploitations biologiques, le problème est encore plus grand, car leurs poulets ne peuvent pas non plus sortir. Plusieurs pistes sont explorées au niveau européen, comme l’échelonnement de la localisation des exploitations pour réduire les contacts entre elles. Et il y a la question difficile de la vaccination des animaux, et tous les problèmes de surveillance et de commerce des virus qui en découlent.

Il existe des vaccins contre la grippe aviaire, mais ils n’empêchent pas toujours les animaux de contracter la maladie et de se la transmettre. Comme il est difficile de faire la distinction entre la résistance post-vaccination et la résistance post-infection, un certain nombre de pays exigent que les animaux abattus importés n’aient pas été vaccinés, car sinon ils ne peuvent pas vérifier s’ils ont contracté le virus – le virus pouvant survivre dans les carcasses pendant des mois. Il se murmure également que le fait qu’on ait déconseillé la vaccination dans les fermes des pays asiatiques a contribué à rendre le virus plus puissant. Le fait que le virus pathogène de la grippe aviaire menace de devenir endémique dans notre pays va certainement accélérer le débat sur la vaccination contre la grippe aviaire.

La grippe aviaire sera-t-elle la prochaine pandémie ?
© Getty

Personnes infectées

La question du risque pour l’homme reste posée. Il semblerait que les virus de la grippe aviaire soient de plus en plus capables d’infecter aussi les mammifères. Aux Pays-Bas, outre les renards et les martres, on a également découvert des blaireaux et des loutres atteints de la grippe aviaire. En 2014, on a assisté à une mort massive de phoques sur les îles au nord des Pays-Bas, également due aux effets de la grippe aviaire. À propos, il est recommandé non seulement de faire attention aux carcasses d’oiseaux que vous voyez traîner, mais aussi d’éviter que les chiens les reniflent, et encore moins les grignotent. La peur est bien présente.

Officiellement, depuis 1997, environ un millier de personnes dans le monde ont été accidentellement infectées par le virus de la grippe aviaire. La moitié en est décédée. Le chiffre réel est sans doute beaucoup plus élevé. Le plus grand risque réside dans une combinaison de la grippe aviaire et d’autres virus. La grippe asiatique de 1957 et la grippe de Hong Kong de 1968, qui ont chacune tué des millions de personnes dans le monde, étaient le résultat du mélange de souches de grippe aviaire et de grippe humaine. Il est possible que la même chose se soit produite avec la grippe espagnole en 1918, qui aurait tué 50 millions de personnes. La grippe porcine de 2009 était un mélange de gènes provenant de variantes de virus de la grippe aviaire, porcine et humaine.

Il y a dix ans, des scientifiques néerlandais ont montré que les virus de la grippe aviaire n’avaient besoin que de cinq mutations génétiques pour se transformer en un virus capable d’infecter facilement l’homme et permettant une transmission interhumaine (aujourd’hui, les humains ne sont infectés que par contact avec les oiseaux). Quatre de ces mutations étaient présentes dans la variante qui a tué les phoques. Ils ont facilité la propagation du virus par voie aérienne, ce qui a facilité l’infection.

Les virus de la grippe aviaire infectent les oiseaux principalement par l’intermédiaire d’un récepteur situé sur leurs cellules intestinales, mais ce récepteur présente des similitudes guères rassurantes avec celui de nos cellules pulmonaires. Il n’est donc pas exclu que la grippe aviaire devienne la prochaine pandémie. En raison de notre traitement irréfléchi et irrespectueux des autres êtres vivants, nous risquons de passer d’un problème viral à un autre. Il est grand temps que nous fassions sérieusement quelque chose à ce sujet.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content