© Getty

Bientôt un vaccin contre le cancer de la peau?

Dirk Draulans
Dirk Draulans Dirk Draulans est journaliste pour Knack.

Le nombre de cas de cancer de la peau continue d’augmenter dans notre pays. Chez les femmes de 15 à 29 ans, le dangereux mélanome est même le cancer le plus fréquent. Les scientifiques espèrent maintenant qu’un vaccin à ARNm (comme celui contre le coronavirus) permettra de stopper cette évolution.

Jusqu’au 19e siècle, seul le peuple avait la peau brunie par le soleil. Les gens qui pouvaient se permettre de ne pas travailler dans les champs voulaient éviter de donner l’impression d’avoir à le faire. Ils restaient donc autant que possible à l’abri du soleil. Et s’ils devaient se promener à l’extérieur, ils se couvraient – y compris les mains – pour rester blancs.

Au cours du 20e siècle, les gens se rendent compte que le soleil peut être bon pour la santé. De nouveaux moyens de transport permettent de voyager, par exemple vers la côte, ce qui rend les vacances à la plage populaires. Les malades chroniques profitent de l’air sain et du soleil dans les sanatoriums de bord de mer.

Comme c’est souvent le cas dans l’histoire de l’humanité, les gens se mettent à exagérer dans l’autre sens. Les bains de soleil excessifs augmentent le risque de cancer, notamment de cancer de la peau, dans la population vieillissante. Malgré de nombreuses campagnes mettant en garde contre les effets potentiellement mortels d’une trop forte exposition au soleil, le nombre de cancers de la peau continue d’augmenter encore aujourd’hui.

L’édition internationale du Journal of the American Academy of Dermatology a publié un rapport concluant qu’un cancer sur trois diagnostiqué dans le monde aujourd’hui est un cancer de la peau. Les trois quarts d’entre eux sont des cancers dits basocellulaires – leur fréquence d’apparition a augmenté de 78 % entre 1990 et 2017. Un cinquième sont des cancers spinocellulaires, dont l’incidence a augmenté de 310 % au cours de la même période. La différence entre les deux est principalement due au type de cellule de la peau dans laquelle le cancer se manifeste. Les cancers spinocellulaires produisent plus facilement des métastases que les cancers basocellulaires, mais les deux sont couramment qualifiés de « généralement bénins ».

57 000 morts

Le troisième grand type de cancer de la peau est le mélanome, qui est beaucoup plus malin. S’il est découvert et traité relativement tard, le risque de décès est réel. Un rapport publié dans JAMA Dermatology a calculé que 325 000 nouveaux cas de mélanome sont enregistrés chaque année dans le monde. Ce cancer tue 57 000 personnes chaque année. Son incidence en 2020 était supérieure de 41 % à celle de 2012. L’article présentait des projections pour 2040 : la fréquence passerait à 510 000 cas par an (soit une augmentation de 50 %) et le nombre de décès à 96 000 (soit une augmentation de 68 %).

L’Australie est le continent où l’incidence du cancer de la peau est la plus élevée. C’est un pays très ensoleillé et la population est composée en grande partie de Blancs immigrés relativement récemment, dont la peau n’est pas bien adaptée à l’excès de soleil. En outre, il existe une forte culture sportive du corps et de la plage. L’Europe occidentale est la deuxième région la plus touchée au monde, suivie de l’Amérique du Nord. En Afrique et en Asie, on pense que le cancer de la peau ne cause que peu de problèmes, bien qu’il ne soit pas toujours facile d’y recueillir des chiffres fiables en raison de la faiblesse des soins de santé. Mais la peau de la population y est mieux armée pour faire face au soleil qu’ailleurs dans le monde.

Les chiffres des centres anticancéreux belges montrent qu’il y a actuellement environ 40 000 nouveaux cas de cancer de la peau en Belgique par an. Plus de 90 % d’entre eux sont classés dans la catégorie « non-mélanome », c’est-à-dire qu’ils sont fondamentalement bénins. Le risque de mourir de ces cancers est faible, surtout par rapport à leur incidence. Pour les 7 à 9 % de mélanomes (respectivement pour les hommes et les femmes), la situation est quelque peu différente : ils causent près de 400 décès par an dans notre pays.

Le risque de cancer augmente avec l’âge, mais par rapport à d’autres cancers, le cancer de la peau se manifeste souvent à un âge plus jeune. Un Belge sur cinq développera un cancer de la peau avant l’âge de 75 ans. De manière exceptionnelle et inquiétante, le mélanome est le cancer le plus fréquent parmi les femmes âgées de 15 à 29 ans. Dans notre pays aussi, l’incidence du cancer de la peau devrait continuer à augmenter, de 5 % (pour le mélanome) à 10 % (pour les cancers cutanés basocellulaires) par an. Cette évolution est principalement due au vieillissement de la population et à l’amélioration de l’enregistrement.

La peau est le plus grand organe de notre corps. Malgré la grande surface de cellules, le taux de mortalité du cancer de la peau reste faible par rapport à d’autres types de cancer – les trois cancers les plus meurtriers au monde sont le cancer du poumon, du sein et du foie. Le mécanisme de base de la formation du cancer est bien connu : les rayons ultraviolets du soleil provoquent des mutations dans l’ADN des cellules de la peau, ce qui peut les rendre cancéreuses. Les coups de soleil sont particulièrement dangereux : les chiffres montrent que si vous vous brûlez plus d’une fois tous les deux ans, le risque de développer un mélanome est multiplié par trois.

Dissémination facile

Les mélanomes sont particulièrement dangereux, car ils se disséminent facilement vers d’autres organes. Ils produisent, entre autres, des protéines qui facilitent leur propagation dans d’autres cellules. Ce faisant, ils provoquent des surprises. Une étude récente parue dans Cancer Discovery suggère que lorsqu’ils parviennent au cerveau, ils bénéficient d’une sorte de coopération avec une protéine (bêta-amyloïde) qui joue un rôle majeur dans la maladie d’Alzheimer. La protéine inhibe l’action du système immunitaire, ce qui rend les cellules cancéreuses moins facilement liquidables et plus faciles à déposer. Chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer à un stade avancé, les mélanomes envahissent le plus souvent le cerveau.

Les scientifiques ont assez bien cerné la biologie du développement du dangereux mélanome. Les mélanomes se développent dans les mélanocytes : les cellules de la peau qui produisent le pigment foncé qui, entre autres, assure une protection naturelle contre les rayons du soleil. Il n’est pas rare que les cellules subissent une augmentation de la production de radicaux libres d’oxygène après une exposition excessive aux rayons ultraviolets. Les radicaux sont des molécules qui perdent un électron à la suite de réactions de stress. Ils essaient de compenser cette perte en « volant » des électrons à d’autres molécules. Le processus de récupération peut causer des dommages à l’ADN.

Il existe deux types de mutations qui rendent les cellules cancéreuses : les mutations héréditaires et les mutations non héréditaires. Les mutations non héréditaires représentent 90 % des cas. Les scientifiques ont décrit une série de mutations qui sont une conséquence directe de l’effet néfaste des rayons ultraviolets. Les erreurs qui entraînent des modifications dans une réaction en chaîne moléculaire responsable du transport des molécules messagères de l’extérieur de la cellule vers le noyau cellulaire, où elles doivent stimuler le transfert de l’ADN en protéines utilisables jouent un rôle important. Ces protéines favorisent, entre autres, la division et la croissance des cellules. Si quelque chose tourne mal, l’une des conséquences possibles est la formation de tumeurs.

Il s’agit généralement de réactions moléculaires compliquées qui ont de nombreuses façons différentes de se manifester et de tourner mal. C’est également ce que montre la recherche auprès de patients atteints de cancer de la peau. Certaines familles ont une longue histoire de problèmes de cancer de la peau, qui sont le résultat d’erreurs génétiques transmises d’une génération à l’autre – on dit qu’entre 8 et 12 % des patients atteints de cancer de la peau sont concernés. Les mutations varient d’une famille à l’autre, mais une erreur régulière se situe dans un gène qui réprime les tumeurs. S’il y a une erreur, celle-ci ne fonctionne pas efficacement.

Getty

Yeux bleus

Nature Communications a publié une étude qui a fait passer de 14 à 22 le nombre d’endroits à risque génétique de cancer de la peau spinocellulaire dans notre génome. La peau fine, les yeux bleus et les cheveux bruns ont été qualifiés de problématiques. Cependant, ensemble, ils ne représentent que 8,5 % des risques génétiques de ce cancer, ce qui signifie que d’autres facteurs entrent en jeu. La formation du cancer est une affaire complexe, ce qui rend plus difficile le développement de traitements standard efficaces.

L’âge est le principal facteur de risque individuel de développer un cancer de la peau, à hauteur de 55 %, selon des rapports récents parus dans Annals of Oncology. En deuxième position, avec 18 %, on trouve la noirceur de la peau: plus elle est foncée, moins il y a de risques de mutations, car le facteur de protection contre les effets nocifs des rayons ultraviolets est alors plus important. Même les facteurs héréditaires de risque de cancer sont plus prononcés à un âge avancé. Une explication évidente est que les mécanismes de réparation de l’ADN deviennent moins efficaces avec l’âge. Les personnes dont l’immunité est affaiblie courent également un risque accru de cancer de la peau et d’autres cancers.

Ce que l’on sait moins, c’est que les bactéries présentes sur notre peau pourraient avoir un rôle protecteur. Il n’y a pas que nos intestins contiennent un microbiome, notre peau aussi en contient. Des recherches ont montré qu’en moyenne, un être humain élimine environ 37 millions de bactéries cutanées par heure, qui sont généralement rejetées dans l’air. Chaque individu possède son propre microbiome cutané, assez stable. On pense qu’il joue un rôle dans la protection contre les rayons nocifs du soleil. Une étude parue dans Science Translational Medicine suggère même que certaines de ces bactéries ont des capacités de lutte contre les tumeurs, ce qui signifie qu’elles pourraient être utilisées comme une sorte de pommade ou incorporées dans les crèmes solaires pour une protection supplémentaire.

Les premières crèmes solaires sont apparues sur le marché dans les années 1920. Elles sont devenues très populaires dans la seconde moitié du siècle dernier. Cependant, elles ne sont plus considérées comme une panacée, entre autres, parce que de nombreuses personnes ne les utilisent pas correctement ou assez fréquemment. De plus, elles ne protègent pas contre tous les rayons ultraviolets. C’est pourquoi les conseils ont été adaptés : mieux vaut porter des vêtements qui couvrent davantage le corps que d’appliquer de la crème solaire partout.

Selon New Scientist, on s’interroge également sur l’innocuité d’une utilisation excessive des crèmes solaires, maintenant qu’il est apparu que plusieurs substances contenues dans ces crèmes pénètrent dans la peau et peuvent passer dans le sang. Les producteurs affirment que toutes les substances contenues dans leurs crèmes ont fait l’objet de tests rigoureux de sécurité et qu’après des décennies d’utilisation de crèmes solaires, aucun problème de santé significatif n’est apparu. Cependant, certains scientifiques se demandent si certains composants des crèmes solaires ne seraient pas eux-mêmes cancérigènes. Selon les données disponibles, les crèmes à base d’oxyde de zinc ou de dioxyde de titane sont les plus sûres.

Vitamine D

Un débat passionnant fait également rage pour savoir dans quelle mesure le fait de protéger constamment la peau du soleil peut avoir des effets négatifs, en partant du principe que les rayons du soleil peuvent être bons pour la santé. Un rapport publié dans Nature a mis en évidence l’effet protecteur de la vitamine D contre le cancer de la peau. La vitamine D joue également un rôle important dans notre organisme dans la formation des os et des dents, ainsi que dans la régulation de notre bien-être cardiovasculaire et l’efficacité de notre système immunitaire.

Cependant, la vitamine D est fabriquée dans la peau en réponse aux rayons du soleil, ce qui place les scientifiques devant un paradoxe: une exposition modérée aux rayons du soleil peut protéger la peau des effets d’une exposition extrême. Il demeure plus important de sortir et de s’exposer régulièrement au soleil que de s’en couper complètement – surtout vers midi, les conditions sont propices à la production de vitamine D. Même l’utilisation de crèmes solaires reste recommandée, car la plupart des gens en utilisent trop peu pour entraver considérablement la production de vitamine D. Pour les personnes chez qui un mélanome a été diagnostiqué, les scientifiques recommandent de ne pas augmenter davantage le risque – elles pourraient bénéficier de la prise de vitamine D sous forme de complément alimentaire.

Même en dehors de son effet sur la production de vitamine D, les rayons du soleil sur notre peau seraient bénéfiques, par exemple en freinant légèrement l’action de notre système immunitaire (qui peut favoriser la formation de cancers de la peau). En général, un système immunitaire plus détendu serait bénéfique pour notre organisme, car un certain nombre de problèmes de santé sont le résultat d’un système immunitaire trop actif. Des études menées en Suède ont montré que les femmes qui passent plus de temps au soleil vivent en moyenne deux ans de plus que les autres femmes, car elles ont un risque légèrement inférieur de mourir de maladies non cancéreuses. Entre autres choses, le soleil active une substance dans la peau qui a un effet modérateur sur notre tension artérielle.

Les scientifiques recherchent intensivement des moyens de lutter contre le cancer de la peau. L’ablation de la zone cancéreuse est la procédure standard. S’il y a un risque de métastases, les médecins recourent à la radiothérapie et la chimiothérapie. Comme pour de cancers, les scientifiques étudient la possibilité d’une vaccination. Le Journal of Investigative Dermatology présente l’option d’un vaccin à ARNm contre le cancer de la peau – une variation de la technologie réussie qui a permis de contrôler partiellement le coronavirus. Dans ce cas, le vaccin stimulerait la production de la protéine TR1, qui, dans les cellules de la peau, aide à contrecarrer l’action des radicaux libres de l’oxygène qui peuvent être si dommageables. Pour l’instant, il s’agit d’un concept qui doit faire l’objet de tests approfondis avant de pouvoir éventuellement déboucher sur la production d’un médicament. Mais il pourrait potentiellement devenir le moyen de prévention contre le cancer de la peau.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content