© EPA

Bactérie E.coli : le concombre hors de cause ?

Les autorités allemandes ont pour la première fois exprimé des doutes sur la responsabilité des concombres espagnols dans l’intoxication alimentaire qui a déjà fait 16 morts en Europe.

Les premiers tests effectués sur deux concombres espagnols ont révélé la présence d’une autre souche de la bactérie E.coli enterohémorragique, que celle qui a envoyé plus d’un millier de malades à l’hôpital, a annoncé l’autorité sanitaire de la ville de Hambourg. Force est de constater que « la source de l’intoxication n’a toujours pas été identifiée », a déclaré Cornelia Prüfer-Storcks, chargée des questions de santé de la ville.

Hambourg avait été la première, jeudi, à soupçonner les concombres espagnols importés comme origine de la bactérie. Madrid avait vigoureusement défendu ses producteurs, et accusé l’Allemagne d’avoir agi de façon irresponsable en les mettant en cause. « Il faut de toute urgence trouver l’origine de la bactérie » à l’origine de l’intoxication alimentaire qui a déjà fait 16 morts en Europe », a affirmé mardi la ministre fédérale de l’Agriculture, Sabine Laruelle.

La ministre s’est par ailleurs montrée solidaire de sa collègue espagnole, en déclarant que l’Allemagne avait trop traîné à identifier la cause de l’intoxication, et que « les délais (n’étaient) plus du tout raisonnables ».

Mathilde Perrin, avec Belga

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content