Opinion

Ewald Pironet

« Où le gouvernement compte-t-il trouver un milliard supplémentaire pour la défense? »

Ewald Pironet Ewald Pironet est rédacteur du Knack.

Le Premier ministre Alexander De Croo a promis d’investir un milliard de plus en Défense. Où compte-t-il trouver ce milliard ? Le gouvernement réalisera-t-il des économies, de nouveaux impôts, ou plongerons-nous encore plus dans le rouge ?

« Nous ne pouvons pas dépenser de l’argent pour chaque problème », déclarait Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, au journal économique De Tijd. « Nous n’avons pas les moyens d’injecter de l’argent dans les défis climatiques, l’augmentation des factures d’énergie, nos infrastructures inadéquates, l’augmentation des coûts des soins de santé, nos maigres retraites, notre mauvaise sécurité sociale, nos trains délabrés, l’accueil des réfugiés ukrainiens, etc. Comme la Belgique a mené une politique budgétaire laxiste pendant des années en dépit de nombreux avertissements et réprimandes, nous ne sommes pas en si bonne posture et il faut faire des choix. Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) a promis, lors du sommet de l’OTAN consacré à la guerre en Ukraine, que notre pays investirait un milliard d’euros supplémentaires dans l’armée.

Lire aussi: Pourquoi une armée européenne n’est pas pour demain: « Quand ça commence vraiment à puer, il faut appeler Washington »

Cette promesse d’argent supplémentaire pour l’armée intervient moins d’un mois après que le Conseil des ministres a convenu d’augmenter les dépenses de défense de 1,1 % du produit intérieur brut (PIB) à 1,39 % en 2025 et 1,54 % en 2030. Il était clair que cette intention était déjà obsolète. Pas tant parce que le Premier ministre Elio Di Rupo (PS) avait déjà accepté en 2014 de laisser les dépenses de défense belges passer à 2 % du PIB en dix ans (nous avons toujours été forts pour ne pas tenir nos promesses), mais surtout parce que quelques jours avant la décision du Conseil des ministres, la Russie a envahi l’Ukraine. En conséquence, l’Allemagne, par exemple, qui consacre déjà 1,5 % de son PIB à la défense, a immédiatement décidé d’augmenter ce budget à plus de 2 %. Il était déjà clair que la Belgique ne pourrait pas rester en arrière.

Aujourd’hui, la Belgique consacre 1,1 % de son PIB à la défense. Seul le Luxembourg dépense encore moins. Une augmentation de notre budget de défense de 2 % équivaudrait à une rallonge de 5 milliards d’euros. Il est clair que la promesse d’Alexander De Croo de verser un milliard d’euros supplémentaires ne représente pas grand-chose, même si le Premier ministre utilise de grands mots pour décrire l’invasion russe de l’Ukraine tels que « le 11 septembre européen » et considère que six « intérêts de sécurité » sont menacés : l’État de droit démocratique, l’intégrité territoriale et la sécurité physique, la sécurité climatique, la prospérité économique, l’État de droit international et le fonctionnement efficace de l’Union européenne. Nous sommes souvent meilleurs en paroles qu’en actes.

Lire aussi:La classe moyenne gémit: un Belge sur trois risque de sombrer dans la pauvreté

L’examen du budget du gouvernement De Croo, qui analyse les recettes et les dépenses de chaque département, doit avoir lieu dans les prochains jours. Peut-être saurons-nous alors où le gouvernement compte trouver le milliard supplémentaire pour la défense, car cela non plus n’est pas encore clair. Réalisera-t-il des économies, instaurera-t-il de nouvelles taxes ou plongerons-nous encore plus dans le rouge ?

En tout cas, avec la guerre en Ukraine, nous ne pouvons pas compter sur une croissance économique élevée. La Banque nationale voit notre économie croître de 2,4% cette année, soit un peu moins que les 2,7% qu’elle envisageait au début de l’année. Compte tenu des circonstances, ce n’est pas mauvais, mais en 2023, la croissance ne serait que de 1,5 %, au lieu de 2,4 %. Même le gouvernement De Croo ne peut pas se considérer comme riche avec ça. En outre, la Banque nationale voit l’inflation passer de près de 5 à 7,4 %. En conséquence, les taux d’intérêt augmenteront et les emprunts deviendront plus coûteux. Si le gouvernement s’endette davantage, cela nous coûtera plus cher.

Tout cela a conduit Wunsch à conclure que « nous devons nous rendre compte que c’est un appauvrissement de notre pays ». C’est la conclusion qui a également été tirée dans Knack il y a quinze jours. Nous avons rarement autant regretté que le gouverneur de la Banque nationale soit d’accord avec nous.

Lire aussi: « Nous allons au-devant de mois économico-financiers corsés »

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content