Le Conseil supérieur des Finances plaide pour une réduction sans délai du déficit

(Belga) Le Conseil supérieur des Finances plaide, dans un avis publié samedi soir, pour une réduction « sans délai » du déficit budgétaire. L’avis est remis en vue du Programme de stabilité que le gouvernement fédéral doit soumettre aux instances européennes pour la fin avril.

Le Conseil supérieur des Finances souligne que son avis survient à nouveau dans un contexte d’incertitude particulièrement élevé. Après la crise du coronavirus, qui n’est d’ailleurs pas tout à fait terminée, c’est au tour de la guerre en Ukraine de faire peser son lot d’incertitudes. Si la croissance a fortement rebondi en 2021, la croissance s’annonce nettement moins vigoureuse cette année. Pour autant, notre pays devrait éviter la récession malgré l’invasion russe et la flambée des prix de l’énergie. « Étant donné que les dernières prévisions indiquent que la croissance économique resterait positive dans les années à venir – malgré la guerre en Ukraine – la Section (Besoin de financement du Conseil supérieur des Finances, NDLR) recommande de s’occuper sans plus tarder de l’amélioration du solde structurel à tous les niveaux de pouvoir », peut-on lire dans l’avis du Conseil supérieur des Finances, qui rappelle que le déficit belge dépasse largement 3% du PIB (6% du PIB en 2021, selon les estimations) et la dette publique 100% du PIB (108,9% du PIB à la fin de 2021). Il est ainsi recommandé « d’inverser la tendance sans plus attendre » et de réduire, tant que la croissance est positive, le solde structurel d’au moins 0,6 point de pourcentage du PIB par an à partir de 2023. La trajectoire proposée permettrait de réduire le déficit structurel belge de 3,9% du PIB à 2,1% du PIB en 2025 et à 0,9% du PIB en 2027. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content