Afrique du Sud: le procès pour corruption de Jacob Zuma encore reporté

(Belga) Le procès pour corruption de l’ancien président sud-africain Jacob Zuma a de nouveau été reporté, lundi, au mois prochain, en son absence pour raisons médicales et alors qu’il tente toujours de dessaisir de l’affaire le procureur général.

Zuma, qui aura 80 ans mardi, est accusé d’avoir touché des pots-de-vin du groupe français de défense Thales dans une affaire vieille de plus de vingt ans. Il est poursuivi pour seize chefs d’accusation d’escroquerie, corruption et racket. Thales est aussi inculpé pour corruption et blanchiment d’argent. Jacob Zuma n’a pas assisté à l’audience lundi en raison d’une « urgence médicale qui s’est produite au cours des dernières heures », selon son avocat Dali Mpofu, qui n’a pas donné plus de détails devant la Haute cour de Pietermaritzburg (sud-est). Son porte-parole a ensuite indiqué que Zuma avait été hospitalisé pour des examens médicaux. La défense de l’ancien président a demandé à la Haute cour de reporter l’affaire pour lui permettre d’épuiser ses options d’appel dans un recours contre le procureur général, Billy Downer. Le juge Piet Koen a reporté le procès au 17 mai pour que la procédure d’appel « puisse suivre son cours ». Il a néanmoins prévenu que « l’avancée du procès doit être menée correctement ». Le procès de M. Zuma pour corruption avait démarré l’an dernier en mai, à l’issue déjà de nombreux reports et retards notamment liés à une multiplication de recours. Le procès devait reprendre lundi avec le témoignage d’un témoin après le rejet par la justice des recours de l’ancien président. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content