Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé © iStock

Un dollar par personne par an pourrait éviter 7 millions de décès, selon l’OMS

Une injection d’un dollar par personne et par an sur les maladies non transmissibles pourrait sauver sept millions de personnes d’ici 2030 dans les Etats pauvres et à revenus intermédiaires inférieurs, estime l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lundi. Ces pathologies provoquent 70% des décès dans les différents pays.

Au total, 85% des décès prématurés liés aux maladies non transmissibles ont lieu dans les pays pauvres et à revenus intermédiaires, affirme l’OMS dans un rapport publié lundi à Genève. Ils pourraient être évités en lançant des dispositifs pour l’activité physique et pour diminuer la menace de certaines pathologies.

Autre avantage, les investissements pourraient rapporter jusqu’à 230 milliards de dollars d’ici 2030.

Sans action, ces maladies « vont continuer de constituer une menace significative pour la santé mondiale », affirme le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le financement est d’autant plus urgent que le coronavirus a montré à quel point ces pathologies peuvent détériorer la situation de la pandémie.

Les dispositifs recommandés par l’OMS rassemblent notamment l’augmentation des impôts sur la santé, des restrictions sur la publicité et la vente de produits dangereux ou encore la vaccination. Ils sont peu coûteux, affirme l’organisation. Ils peuvent encore oeuvrer à réduire les inégalités sanitaires et économiques.

Partner Content