. © getty

Quand uriner n’est plus une évidence

Carine Stevens Journaliste Bodytalk

Fuites intempestives, faible débit urinaire, mictions plus fréquentes : pourquoi à un certain âge de nombreux hommes souffrent-ils de problèmes urinaires? Et quelles sont les solutions?

Lorsqu’il s’agit de problèmes urinaires, on pense surtout aux femmes, mais les hommes non plus ne sont pas épargnés. Et le risque augmente avec l’âge. Environ 30 % des hommes de plus de 50 ans sont touchés, et à l’âge de 70 ans, ce chiffre atteint la moitié. Les symptômes vont de la miction fréquente (jour et nuit) à l’écoulement involontaire, en passant par la sensation d’être incapable d’uriner correctement. De nombreux hommes souffrent également des pertes d’urine, ou un jet d’urine faible. Ils peuvent aussi avoir envie d’uriner, mais rien ne vient, ou alors pas correctement.

Il est clair que les problèmes urinaires peuvent avoir un impact considérable sur la qualité de vie. Devoir sortir de son lit à tout bout de champ est néfaste pour le sommeil. Et se précipiter aux toilettes pendant la journée peut en inciter certains à éviter les événements sociaux. Pourtant, un tiers des hommes ne consultent jamais pour des problèmes urinaires. Ils supposent qu’à partir d’un certain âge, c’est inévitable. Ou ils ont honte d’en parler.

Remplir et vider

Les hommes d’âge moyen qui consultent le font en gros pour deux raisons, explique Luc Merckx, urologue à l’hôpital AZ Sint-Lucas de Gand. « Soit ils cherchent à être rassurés parce qu’ils craignent un cancer de la prostate, soit ils sont très gênés par leurs troubles. Il est important d’écouter attentivement quel est le problème. S’agit-il principalement de miction ou plutôt de plaintes de remplissage ? Les symptômes de miction concernent la vidange de la vessie : difficultés à uriner, jet faible ou gouttes retardataires. Les symptômes de remplissage concernent la rétention (plus difficile) de l’urine dans la vessie : miction fréquente, besoin de se lever fréquemment la nuit, besoin urgent d’uriner et parfois atteindre trop tard les toilettes. Les symptômes de remplissage sont généralement vécus comme plus dérangeants que les troubles de miction. »

La consultation est suivie d’un examen clinique. Luc Merckx : « Je vérifie si l’homme a une vessie pleine, pour qu’il puisse vider sa vessie correctement, et s’il y a une anomalie visible ou un rétrécissement du méat urinaire. Je vérifie également s’il y a une hypertrophie de la prostate, au moyen d’un examen rectal. Et je vérifie le dosage du PSA (antigène prostatique spécifique, une protéine fabriquée dans la prostate), pour m’assurer qu’il ne s’agit pas d’un carcinome de la prostate. S’il n’y a pas lieu de s’inquiéter, certains hommes poussent un soupir de soulagement et disent qu’ils ne veulent pas de traitement supplémentaire : ‘Les symptômes sont un peu dérangeants, mais s’il n’y a rien de grave, je peux vivre avec.' »

Prostate

Pour les hommes qui considèrent que leurs mictions sont gênantes, la recherche de la cause se poursuit. Parfois, il est déjà clair que la cause est une hypertrophie de la prostate ou « hyperplasie bénigne de la prostate » (HBP). Cette légère hypertrophie de la prostate à un âge avancé est normale, mais peut avoir des conséquences désagréables : le gonflement peut rétrécir l’urètre, avec toutes ses conséquences. Cependant, la prostate n’est certainement pas la seule responsable des problèmes urinaires chez les hommes d’âge moyen. « Ce n’est qu’une des causes possibles », convient Merckx. « Avec l’âge, le muscle entourant la vessie peut également devenir hyperactif ou s’affaiblir. Les muscles du plancher pelvien peuvent à leur tour perdre de leur force, et la paroi de la vessie peut devenir moins élastique. Parfois, une infection des voies urinaires peut vous amener à uriner plus fréquemment. C’est également le cas s’il y a un calcul ou une tumeur dans la vessie. Enfin, les symptômes de remplissage peuvent être liés à des symptômes neurologiques (par exemple, après un accident vasculaire cérébral) ou à une affection telle que la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaques. »

Etalon-or

S’il est établi qu’une hypertrophie de la prostate est à l’origine des symptômes, une solution chirurgicale peut être envisagée. La procédure la plus courante est la TURP, ou résection transurétrale de la prostate. Cette intervention consiste à retirer une partie de la prostate via l’urètre. C’est cette partie (la partie interne ou adénome) qui grossit au fil des ans et obstrue l’urètre, rendant la miction plus difficile. Luc Merckx : « Une hypertrophie de la prostate sur 10 est déjà si importante qu’une opération par l’urètre n’est plus possible. Ensuite, une procédure ouverte est parfois nécessaire, ou une énucléation au laser, au cours de laquelle nous retirons l’intérieur de la prostate tout en laissant la capsule prostatique intacte. Il existe également d’autres méthodes, comme les traitements à la vapeur ou à la chaleur, ou l’injection de toxine botulique A. L’avantage de ces techniques, c’est qu’elles diminuent les saignements, l’inconvénient, c’est que les résultats peuvent être plus longs à obtenir. Ou que la procédure est plus chère, car elle n’est pas remboursée. Pour l’instant, la TURP reste l’étalon-or par rapport auquel toutes les interventions plus récentes et modernes sont mesurées. »

Le stress peut également jouer un rôle, avertit Merckx. Ces dernières années, j’ai vu apparaître davantage de troubles psychosomatiques : des problèmes pour uriner liés au stress. Pensez aux hommes qui vont uriner avant chaque réunion pour s’assurer qu’ils ne ressentent pas l’envie de le faire pendant la réunion. De cette façon, ils entraînent leur vessie à une capacité de plus en plus réduite. On leur conseille d’entraîner leur vessie dans le sens inverse et ne pas céder à l’envie immédiatement. Des exercices du plancher pelvien avec un kinésithérapeute peuvent également aider, tout comme de boire moins de café ou d’autres boissons contenant de la caféine, car celle-ci stimule la vessie. »

Comprimés ou opération

Les symptômes urinaires pouvant avoir de nombreuses causes, des examens complémentaires sont parfois nécessaires. Une échographie de la vessie, par exemple, permet de déterminer si la vessie se vide correctement. Une cystoscopie, un examen interne de l’urètre et de la vessie, permettra de mettre en évidence un calcul ou un polype. Et une uroflowmétrie fournit des informations sur le flux urinaire : à quelle vitesse l’urine s’écoule-t-elle et comment se développe la courbe urinaire ?

En fonction du diagnostic final, des médicaments peuvent être prescrits. « En cas de symptômes mictionnels, par exemple, on prescrit de la tamsulosine », explique Luc Merckx. Il détend le tissu musculaire de la prostate et du col de la vessie, ce qui donne plus d’espace à l’urètre. Il y a ensuite les produits hormonaux qui rétrécissent la prostate et réduisent la pression sur l’urètre. Le premier groupe de médicaments agit rapidement, le second prend du temps, c’est pourquoi on choisit souvent une combinaison. L’inconvénient est que les deux peuvent avoir des effets secondaires : la tamsulosine fait parfois baisser la tension artérielle, les produits hormonaux peuvent avoir des effets secondaires sexuels tels que la perte de libido.

Les symptômes vésicaux peuvent également être traités par des médicaments. « En plus des médicaments qui détendent le muscle de la vessie afin de mieux contrôler votre vessie et atteindre les toilettes à temps, nous pouvons également prescrire des exercices du plancher pelvien ou un entraînement de la vessie. Là aussi, on conseille parfois de boire moins de café. »

Les médicaments aident, mais ils ne font que supprimer les symptômes. En d’autres termes, il faut continuer à prendre le médicament. « Pour certains patients, c’est une raison de demander une opération lorsque l’hypertrophie de la prostate est réellement présente. Optez-vous pour une opération qui résout le problème ou préférez-vous prendre des médicaments toute votre vie ? C’est un choix que chaque patient doit faire pour lui-même. »

Partner Content