© getty images

Oui, on peut contracter la variole du singe en touchant une porte, mais…

Celine Bouckaert
Celine Bouckaert Journaliste au Vif

Trois mois après le début de l’épidémie de variole du singe, les scientifiques commencent en savoir plus sur sa transmission.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Le virus de la variole du singe se transmet par un contact cutané intense (frottement) ou par l’échange de fluides corporels. Même si la transmission a souvent lieu lors d’un contact sexuel, la variole du singe n’est pas une maladie sexuellement transmissible. Cependant, la transmission par les surfaces, en touchant une poignée de porte, par exemple, est également possible.

Selon un rapport de l’OMS, environ 0,2% des cas récents ont contracté le virus par des surfaces contaminées. Le risque est donc très faible, mais pas nul. Comme pour le Covid, il faut d’abord toucher une surface contaminée par suffisamment de particules virales infectieuses, puis toucher immédiatement ses yeux, son nez, sa bouche ou une éventuelle plaie cutanée. Pour réduire le risque de transmission, il est donc plus efficace de diminuer le nombre de ses partenaires sexuels que de désinfecter les poignées de porte.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content