© GETTY IMAGES

Non, le port du soutien-gorge n’augmente pas les risques de cancer du sein

Celine Bouckaert
Celine Bouckaert Journaliste au Vif

Dans une vidéo destinée à promouvoir ses soutiens-gorge sans armatures, une marque de lingerie néerlandaise affirme que le port d’un soutien-gorge classique augmenterait le risque de cancer du sein.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Pour Hans Wildiers, oncologue et coordinateur du centre multidisciplinaire du sein à l’UZ Louvain, c’est de la fiction scientifique, directement issue du livre Dressed to kill, de Ross Singer et Soma Grismaijer, paru en 1995. Ces derniers prétendent que le port d’un soutien-gorge 24 heures sur 24 multiplie par 125 le risque de développer un cancer du sein. Selon eux, l’armature du soutien-gorge entraverait le bon fonctionnement des vaisseaux lymphatiques qui évacuent les déchets présents dans l’aisselle. Ceux-ci tendraient à s’accumuler dans cette zone, ce qui augmenterait le risque. «Leurs conclusions n’ont jamais été publiées dans une revue scientifique évaluée par des pairs», insiste Hans Wildiers. Qui ajoute que «la littérature scientifique nous apprend que le régime alimentaire et d’autres facteurs liés au mode de vie jouent, eux, un rôle important dans le risque de cancer du sein».

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content