© Getty Images/iStockphoto

Les bénéfices du jeûne intermittent pour votre santé

Olivia Lepropre
Olivia Lepropre Journaliste au Vif

Bien plus qu’une mode alimentaire, le jeûne intermittent comporte de nombreux avantages pour la santé.

Parmi les (nombreuses) modes alimentaires : le jeûne intermittent, ou « fasting » en anglais, consiste à alterner des périodes de jeûnes et des périodes d’alimentation normale. Que la motivation soit d’ordre physique (perte de poids, rééquilibrage alimentaire…) ou spirituel, des études montrent que le corps peut en retirer certains bénéfices, en particulier en ce qui concerne le diabète.

Restriction des calories

L’idée d’un jeûne intermittent est apparue après que les scientifiques ont étudié les effets, visiblement probants, d’une restriction constante de calories. De nombreuses études sur différents animaux ont en effet démontré qu’une consommation restreinte à l’âge adulte pouvait entraîner des améliorations spectaculaires sur l’espérance de vie et la santé en général. Les raisons n’ont pas encore été clairement déterminées. Mais il semblerait que l’absence de nourriture offre une pause nécessaire aux cellules de notre corps. L’absence de nourriture oblige également les cellules à recourir à d’autres sources d’énergie, ce qui peut se révéler bénéfique.

Une restriction constante des calories n’est cependant pas envisageable pour les humains. Mais elle ne doit pas spécialement se faire sur le long terme pour être bénéfique. Alterner les périodes de jeûnes et les périodes d’alimentation classique peut conférer des avantages similaires pour notre santé.

Deux types de « fasting »

Il existe plusieurs manières de pratiquer le fasting, nous apprend le New York Times. Une approche basée sur les heures et une approche basée sur les jours. On ne sait pas encore quel type de jeûne intermittent est le plus bénéfique, mais les deux semblent donner des résultats.

  1. Restreindre son temps d’alimentation dans la journée. L’idéal serait de jeûner 16 heures sur les 24 que compte une journée, soit manger uniquement entre 10h et 18h. Cette approche permet d’offrir une longue pause de nourriture au corps, durant la nuit. Cela renforce également les bénéfices sur le rythme circadien.
  2. Le « jeûne périodique ». Ce type de régime alimentaire a été popularisé par le régime « 5:2 ». Comprenez par-là, de longues périodes d’alimentation de consommation normale de nourriture, et de courtes périodes de consommation limitée de calories (environ 25%).

Diabète : résoudre le problème à la source

Les études récentes sur les effets du jeûne intermittent sur le diabète se sont concentrées sur le jeûne périodique. Les chercheurs de l’université de Californie du Sud ont tenté de savoir si ce type de régime alimentaire pouvait guérir, ou améliorer, le diabète chez les souris. Ils ont utilisé des souris auxquelles il manque l’hormone leptine, responsable de la régulation de la consommation alimentaire. A cause de cette carence, ces souris mangent de trop et souffrent de diabète dès le début de l’âge adulte. Elles étaient donc le sujet idéal pour cette recherche.

Résultat : après quelques mois de jeûne périodique (sept jours d’alimentation normale – quatre jours de restriction), le diabète avait été guéri. Grâce au régime alimentaire adopté, mais surtout car ce dernier a résolu un des problèmes directement à la source, au pancréas. En effet, le diabète est une maladie chronique qui surgit lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline, l’hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang, ou lorsque l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit. Le jeûne périodique permet au pancréas de recommencer à produire de l’insuline, grâce à un recyclage et une régénération de ses cellules durant les périodes de restriction.

Pas pour tout le monde

Le jeûne intermittent peut-il avoir les mêmes effets sur le pancréas de l’être humain ? La question reste à ce jour sans réponse claire, mais les premiers éléments d’un essai clinique mené par la même équipe de chercheurs sont prometteurs, révèle The Independent.

Devrions-nous tous adopter le jeûne intermittent pour profiter de ses bénéfices ? Pas forcément. Il semble avoir davantage d’effets sur les personnes qui sont en surpoids ou/et qui n’ont pas un mode de vie sain que sur les autres. De plus, les essais cliniques, principalement menés sur des animaux, de permettent pas encore de dire avec certitude que le régime est idéal pour les humains. Il convient également de consulter un spécialiste avant d’entamer un jeûne afin d’être bien préparés et ne manquer d’aucun élément essentiel au bon fonctionnement de l’organisme.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content