Yves Van Laethem © belga

Forte augmentation des cas Covid en Flandre: « D’ici 10 jours, ce sera pareil en Wallonie et à Bruxelles »

Stagiaire Le Vif

Les contaminations poursuivent leur envolée avec plus de 10 000 cas de Covid-19 confirmés par jour (Sciensano), mais une frontière épidémiologique semble se dessiner. La Flandre est particulièrement touchée, enregistrant presque trois fois plus d’infections. Comment expliquer cette différence? Réponses avec le virologue et porte-parole fédéral Covid Yves Van Laethem.

Les derniers rapports de l’Institut belge de la santé Sciensano démontrent une forte inégalité des infections entre les Régions. La disparité s’observe notamment par un taux d’incidence qui dépasse les 1000 partout en Flandre contrairement au reste de la Belgique. Anvers comptabilise par exemple un taux d’incidence à 1799, tandis que la Région bruxelloise est à 566. Plus du triple. Au cours de la période du 14 mars au 20 mars 2022, 81% des nouvelles contaminations enregistrées provenaient de Flandre, contre 13% en Wallonie et 6% à Bruxelles.

Une première piste d’explication avancée par l’épidémiologiste Yves Van Laethem est la proximité avec les Pays-Bas. Les provinces hollandaises du Brabant septentrional et du Limbourg sont particulièrement touchées par les augmentations de cas de coronavirus, et cela se traduit par de fortes croissances dans les provinces flamandes limitrophes. Les provinces d’Anvers et du Limbourg, directement frontalières aux Pays-Bas, comptent les taux d’incidence les plus élevés de ces 14 derniers jours, conclut le dernier rapport de Sciensano. « On observe que le foyer hollandais déteint sur la Belgique », estime l’expert.

Une autre cause qui pourrait éclairer cette forte propagation des cas dans le Nord de la Belgique est le contact inter-individus qui est plus fort en Flandre, ajoute le porte-parole interfédéral Covid. Un baromètre réalisé en Belgique avait récemment démontré que les Flamands se côtoient davantage que les Wallons ou les Bruxellois. Ils se sont plus vite libérés des restrictions sociales.

Selon le virologue, la différence du nombre de contaminations ne peut pas s’expliquer par une politique de testing différente ou plus efficace. Si la Flandre teste davantage, c’est tout simplement parce qu’elle enregistre plus de cas en ce moment. C’est ce qu’on observe à travers le taux de positivité, qui indique la proportion de tests positifs parmi l’ensemble des tests effectués. Celui-ci est plus élevé dans les provinces flamandes. Si, par exemple, la Wallonie ne testait pas assez mais avait beaucoup de cas positifs, sa proportion de cas positifs serait plus élevée, ce qui n’est pas le cas.

Une augmentation qui va se propager

Yves Van Laethem reste persuadé que la nette hausse des infections qui touche la Flandre va arriver d’ici peu dans le reste de la Belgique. « D’ici 10 à 15 jours, une forte progression du nombre de cas s’observera en Wallonie et à Bruxelles« . À cela, s’ajoute aussi la province du Luxembourg qui est également touchée par une augmentation des contaminations ces derniers jours.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content