© iStock

Covid: la vaccination par les pharmaciens peut engendrer certains problèmes

Le Vif

Les pharmaciens sont 55% à être satisfaits de pouvoir vacciner contre le covid, selon une enquête menée par le mensuel de référence Pharma-Sphere et publiée mardi, mais attirent toutefois l’attention sur certains problèmes que cette vaccination pourrait engendrer, par exemple une surcharge de travail.

S’ils ne sont pas contre cette nouvelle prérogative, les pharmaciens soulignent qu’ils doivent déjà « faire face à un manque de personnel et » qu’administrer des vaccins n’est pas leur rôle. « Nous n’avons pas reçu la formation et cela va nous amener quelle rentabilité ? », s’interrogent certains.

En outre, la question de la santé publique ne peut être écartée: « Nous ne sommes pas équipés pour réagir en cas de choc anaphylactique. C’est un acte médical à risque qui revient aux médecins ».

C’est pourquoi ils demandent « un cadre légal clair avec les moyens adéquats et des assurances prévues » et espèrent même que d’autres vaccinations seront proposées.

Au niveau national, 58% des pharmaciens disent avoir suivi une formation pour administrer un vaccin. Mais il subsiste une différence marquée entre les communautés, 68% des pharmaciens néerlandophones et 48% des francophones répondant positivement à cette question.

Les pharmaciens qui ont répondu à l’enquête ont été 51% (53% des francophones et 49% des néerlandophones) à participer au testing et à la vaccination en pharmacie.

De son côté, l’Association belge des syndicats médicaux (Absym) s’oppose à la vaccination par les pharmaciens, estimant que la vaccination ne peut normalement être effectuée que par des médecins ou des infirmières.

Par ailleurs, près de 80% des médecins généralistes ont manifesté leur désapprobation quant à cette autorisation faite aux pharmaciens.

Partner Content