© Getty Images/iStockphoto

Brocoli, choux de Bruxelles… Les meilleurs légumes pour protéger son coeur

Olivia Lepropre
Olivia Lepropre Journaliste au Vif

Une étude démontre pourquoi manger des légumes, surtout les crucifères, est bénéfique pour la santé, en particulier chez les femmes.

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont mené une étude sur plus de 950 femmes âgées de 70 ans ou plus. Les participantes ont dû répondre à des questionnaires sur leur fréquence de consommation des aliments. Elles devaient noter leur apport en légumes sur une échelle allant de « ne mange jamais de légumes » à « trois fois ou plus par jour ».

Les différents types de légumes pris en compte étaient les crucifères (choux de Bruxelles, brocoli, chou-fleur…), les plantes allium (oignon, ail, poireaux, échalotes…), les légumes jaune/orange/rouge, les légumes-feuilles (salade, épinard, blette…) et les légumineuses (lentilles, pois…). Des sonogrammes ont ensuite été utilisés pour mesurer l’épaisseur de la paroi de l’artère carotide.

Paroi artérielle et risque cardiaque

La recherche, publiée dans la revue Journal of the American Heart Association et repérée par The Guardian, a révélé que les sujets qui mangeaient le plus de légumes avaient des parois artérielles plus minces. Les femmes qui mangeaient au moins trois portions de légumes par jour avaient une paroi de l’artère carotide inférieure de 0,05 cm par rapport à celles qui ne consommaient aucun légume.

Or, un épaississement des parois artérielles, connu sous le nom d’athérosclérose, est une cause sous-jacente de maladie cardiovasculaire. En effet, « une diminution de 0,1 millimètre de l’épaisseur de la paroi carotidienne est associée à une diminution de 10 à 18% du risque d’accident vasculaire cérébral et de crise cardiaque », précise Lauren Blekkenhorst, auteure principale de l’étude.

L’efficacité des crucifères

Un résultat d’autant plus efficace pour les légumes crucifères, comme le brocoli, les choux de Bruxelles ou encore le chou-fleur. Pour les autres catégories de légumes, la différence n’a pas été jugée significative. Cette association protectrice entre les légumes crucifères et l’épaisseur des artères carotidiennes était toujours d’actualité après avoir ajusté les autres facteurs qui peuvent influer sur la santé cardiaque (mode de vie, facteurs de risques comme la prise de médicaments, facteurs alimentaires…). « Cette étude est l’une des rares qui a exploré l’impact potentiel de différents types de légumes » sur l’athérosclérose infraclinique, explique Blekkenhorst.

Si les conclusions ne sont pour l’instant qu’au stade observationnel et qu’une relation causale ne peut encore être établie, les scientifiques recommandent tout de même d’inclure davantage ce type de légumes dans notre alimentation.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content