Getty

Le pape François pourrait démissionner cet été

Stagiaire Le Vif

À 85 ans, la santé du pape François se détériore. Les rumeurs d’une démission prochaine se font de plus en plus bruyantes.

Le premier pape des Amériques est toujours bel et bien actif, dirigeant l’Église d’une main de fer depuis le Vatican où il n’a pas que des amis. Mais voilà quelque temps que sa santé préoccupe.

L’été passé, il avait déjà subit une opération du côlon sous anesthésie générale et sa convalescence avait été plus longue et difficile que prévu. À présent, il effectue ses déplacements en chaise roulante. Il vient tout juste, ce vendredi, de reporter son voyage en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud, prévu du 2 au 7 juillet, en raison de ses douleurs au genou. « Cela fait un moment que je suis dans cet état, je n’arrive plus à marcher », avait-il confié en mai dans une interview au quotidien italien Il Corriere della Sera, après avoir déjà annulé plusieurs rencontres prévues à son agenda.

Si des rumeurs sur sa démission courent, ce n’est pas simplement parce qu’il s’est montré quelques fois en chaise roulante ; plusieurs éléments, apportés par le pontife lui-même, poussent certains observateurs à croire qu’il ressent l’urgence de préparer l’Église à son départ.

Orchestrer son propre départ

Premièrement, le pape François a récemment annoncé de façon inattendue la nomination de 21 nouveaux cardinaux. Seize d’entre eux sont âgés d’au moins 80 ans et devraient participer au prochain conclave pour élire le successeur de l’Argentin. La cérémonie officielle actant la désignation de ces cardinaux aura lieu le 27 août prochain sur la place Saint-Pierre. « A la fin de l’été, c’est un moment inhabituel pour ce genre de cérémonie », souligne le vaticaniste Iacopo Scaramuzzi, relayé dans Libération. De l’avis des spécialistes, un pape ne peut présenter sa démission que devant un consistoire, c’est-à-dire un collège de cardinaux, tel qu’il sera réuni au Vatican à ce moment-là.

Le Saint-Père a ensuite programmé un déplacement à Aquila, dans les Abruzzes, au lendemain de cette cérémonie. À cette occasion, il se recueillera devant le tombeau de Célestin V, chose que son prédécesseur Benoît XVI avait faite quelques années avant de lui-même renoncer à ses fonctions. Une visite hautement symbolique, étant donné que Célestin V a été le premier pape à abdiquer au XIIIe siècle. D’autant plus si ce déplacement est programmé en pleine réunion mondiale des cardinaux à Rome.

Tout cela ne reste que rumeurs et spéculations

De nombreux observateurs, comme l’historien Giovanni Maria Vian, ancien rédacteur en chef de l’Osservatore Romano (le quotidien du Vatican) également cité dans le quotidien français Libération, soutiennent cependant que ce scénario n’est que le fruit de spéculations et de rumeurs que ses opposants font courir. Les défenseurs de François arguent qu’il a encore l’un de ses grands chantiers à terminer : son entreprise de décentralisation de l’Eglise catholique, conférant une plus grande autonomie aux conférences épiscopales. Un processus qui devrait toucher à sa fin à l’automne 2023.

Avant François, le pape Benoît XVI avait démissionné à 85 ans, l’âge actuel du pontife argentin. C’était le quatrième à renoncer à ses fonctions dans l’histoire et le premier depuis 1415. Si François suit les traces de son prédécesseur, cette pratique pourrait bien entrer dans les moeurs.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content