Empoisonnement présumé Navalny - L'avion transportant l'opposant russe Navalny a atterri à Berlin © belga

Jusqu’à 300 euros d’augmentation: pourquoi les prix des vacances flambent

Stagiaire Le Vif

La hausse des prix du carburant force certaines compagnies aériennes à augmenter leur prix. Le tour opérateur Tui a annoncé jeudi une hausse des prix pour les séjours déjà réservés, pouvant aller jusqu’à 320 euros. Pourquoi est-ce possible ? Explications.

Les clients de TUI qui ont déjà réservé un package pour cet été auront des frais supplémentaires en fonction de leur destination, en raison de la hausse des prix du carburant. Le porte-parole de la compagnie, Piet Demeyer, a indiqué jeudi qu’il s’agira de 72 euros pour l’Espagne, 96 euros pour la Grèce et 320 euros pour les Caraïbes.

Les vacances à forfait sont généralement avantageuses et alléchantes pour les touristes : tout est réservé, il n’y a plus qu’à faire sa valise, prendre l’avion, et profiter. Mais certains tours opérateurs, comme TUI, ont estimé le coût final en se basant sur les prix des carburants achetés… avant la montée des prix liée à la guerre en Ukraine. Du coup, certains annoncent désormais des augmentation de prix, comme la législation les y autorise en cas de réservation de voyages à forfait. L’achat d’un billet d’avion seul, par contre, ne peut pas subir de hausses de prix après coup.

Test Achats rappelle que la modification de prix ne peut être acceptée que si elle est inscrite dans le contrat et si l’opérateur le notifie au moins 20 jours avant le départ. Au-delà d’une augmentation de 8%, le voyageur peut annuler son voyage sans frais.

Ces augmentations ne s’appliquent toutefois pas à ceux qui ont souscris au « Fuel Protection Program », qui permet de se prémunir d’une éventuelle hausse des tarifs après une réservation d’un package. Un certain nombre de conditions sont toutefois nécessaires et le coût de l’assurance peut varier en fonction de la destination, mais elle tourne autour de 20 euros (elle était d’ailleurs gratuite jusqu’au 15 janvier). A noter qu’une baisse du prix n’est donc plus possible non plus dans le cas où le prix du carburant diminue (un scénario qui ne semble pas d’actualité).

D’autres variables ont déjà eu raison des prix des billets d’avion. Depuis le 1er avril, une taxe sur l’embarquement est d’application. Pour les vols de moins de 500 kilomètres à vol d’oiseau, le supplément de dix euros. Sur une plus longue distance, cela dépend de la destination : deux euros en Europe, Suisse et Grande-Bretagne, et quatre euros en dehors des frontières européennes.

Avec Belga

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content