© GF

Nouvelle motorisation hybride pour le Nissan Juke

Philippe Bonamis journaliste

La gamme du Juke, crossover urbain compact de Nissan, s’enrichit d’une nouvelle motorisation hybride qui veut offrir des performances de premier plan conjuguées avec une consommation de carburant et des émissions réduites.

Incontestable pionnier de la voiture électrique avec sa Leaf, Nissan marquait un peu le pas en matière d’hybrides. Le constructeur rattrape son retard en offrant à son Juke un ensemble propulseur hybride autorechargeable, emprunté au Renault Captur hybride. Ce groupe motopropulseur fait appel à un 4 cylindres essence Nissan de 94 ch et à deux moteurs électriques: le premier développe une puissance de 49 ch et le second, qui est en fait un alterno-démarreur, en délivre 20. Cet ensemble est accouplé, comme sur le Captur hybride toujours, à une boîte de vitesses qui utilise des crabots au lieu des bagues de synchronisation conventionnelles pour passer les 4 rapports « ICE » (moteur à essence) et les 2 rapports « EV » (moteur électrique).

De plus, pour réduire encore davantage les frottements, cette boîte de vitesses n’utilise pas d’embrayage. Tous les démarrages du véhicule sont 100 % électriques et les 2 moteurs électriques (le moteur principal et l’alterno-démarreur) sont utilisés en combinaison pour synchroniser les vitesses. Tout cela se traduit, selon Nissan, par une motorisation « offrant 25 % de puissance en plus que le moteur à essence actuel du Juke, avec une réduction de la consommation de carburant pouvant atteindre 40 % en cycle urbain et jusqu’à 20 % en cycle mixte. »

Le volume du coffre est de 354 litres, soit une réduction de 68 litres par rapport à la version essence, imposée par le montage de la batterie (refroidie par eau) d’une capacité de 1,2 kWh. Le lancement commercial de ce nouveau Juke Hybrid interviendra dans les prochains moins, à des prix qui n’ont pas encore été rendu publics.

Partner Content