Les voitures électriques peuvent-elles soutenir le réseau électrique ?

Urbain Vandormael
Urbain Vandormael Spécialiste voitures  

Certains disent qu’à terme, il n’y aura pas assez d’énergie pour répondre à la demande qui augmente rapidement. Selon les fournisseurs d’énergie, cette prédiction ne tient pas la route si la recharge se fait intelligemment. C’est-à-dire pendant les heures creuses.

Inversement, la voiture chargée peut soutenir le réseau électrique à des moments où la demande dépasse l’offre, par exemple en début de soirée, quand les familles cuisinent et regardent la télévision.

Cela peut se faire par le biais du système dit vehicle-to-grid (V2G). Ce système est prêt pour la production, mais n’est pas encore proposé. Pourquoi pas (encore) ? La durée de vie d’une batterie est limitée à plusieurs milliers de cycles de charge, et le nombre exact varie d’un fabricant à l’autre. Plus une batterie est chargée souvent, plus elle s’use rapidement. La batterie d’un véhicule électrique est un élément coûteux, qui représente environ 40 % du coût total d’une voiture électrique. Mieux vaut donc être prudent.

Il y a un second obstacle. Jusqu’à 10 % de l’énergie se perd à chaque fois lors de la conversion du courant alternatif (CA) en courant continu (CC) et vice versa. Un gaspillage inutile à un moment où il y a déjà une pénurie d’énergie. En effet, la batterie vide de la voiture doit être rechargée par la suite.

Partner Content