© GF

Le bus VW électrique : 50 ans de progrès

Laurent Blairon journaliste

Le Volkswagen ID Buzz, van 100% électrique, s’apprête à prendre la route cette année et est déjà considéré comme l’un des véhicules électriques les plus désirables. Que de chemin parcouru depuis le premier prototype de 1972…

Oui, car déjà en 1972, Volkswagen révèle un prototype T2 Bulli équipé d’un moteur électrique installé tout à l’arrière. L’idée date en fait de 1970, lorsque Adolf Kalberlah, chef du département de recherche est prié d’imaginer les premiers moteurs électriques pour Volkswagen. Crise pétrolière en toile de fond, la marque perçoit que l’avenir ne sera plus, éternellement, aux moteurs à carburants fossiles.

Deux tonnes

Le tout premier prototype de 1972 est un simple fourgon qui pèse… deux tonnes. Bien plus qu’aujourd’hui, à l’époque le problème numéro un des batteries réside dans leur poids (batteries au plomb!), 880 kg dans ce cas. Et ce pour une maigre capacité de 21,6 kWh. En comparaison, l’ID. Buzz qui sera bientôt commercialisé possède une batterie de 77 kWh pesant 500 kg. Il y a du progrès ! L’autonomie du fourgon électrique T2 est faible, environ 85 km. Pour palier à cette limitation du champ d’action des fourgons, Volkswagen a mis au point, déjà à l’époque, un système innovant de batteries interchangeables. En 1978, une flotte de sept T2 est lancée pour une phase de test en conditions réelles, à Berlin, avec une station de remplacement dans le quartier de Tiergarten où, en cinq minutes, les ingénieurs remplacent la batterie vide par une pleine. Ce qui réduit le temps d’attente de plusieurs heures qui aurait été nécessaire pour recharger la batterie. Les T2 électriques tournent quasiment continuellement dans la ville allemande.

La batterie est posée sur le plancher de chargement. Elle est énorme et lourde (880 kg), mais peut être changée en 5 minutes.
La batterie est posée sur le plancher de chargement. Elle est énorme et lourde (880 kg), mais peut être changée en 5 minutes.© GF

L’enjeu des bornes

Ce système de batterie interchangeable est aujourd’hui une idée très en vogue dans le milieu du deux-roues (motos et surtout scooters), mais n’est plus vu comme la solution idéale en automobile. Car grâce à sa capacité de charge maximale de 170 kW (aux stations de charge rapide), le nouvel ID Buzz peut se recharger, théoriquement, de 5 à 80% en 30 minutes. Et parcourir, réellement, 300 km (consommation moyenne de 21 kWh/100 km). A condition de trouver une borne disponible au moment où l’on en a besoin. C’est d’ailleurs tout l’enjeu du secteur de la voiture électrique aujourd’hui. Reste également à espérer une démocratisation rapide de cette technologie et des nouvelles voitures électriques pour que le plus grand nombre puisse en « profiter ».

Partner Content