Vagues de chaleur plus fréquentes: un impact négatif sur la vie marine

Le Vif

La vague de chaleur de la semaine dernière a aussi entraîné une vague de chaleur marine, explique Jan Seys de l’Institut flamand de la mer (VLIZ).

L’eau de mer est environ trois degrés plus chaude que pour un mois de juillet habituel. Des vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses pourraient causer des problèmes majeurs pour la vie marine à l’avenir. Selon le météorologue David Dehenauw, l’eau de la plage est désormais à 21°C et l’eau de mer à 19°C. C’est deux à trois degrés de plus que la moyenne pour juillet. « C’est une vague de chaleur marine. Dans la mer du Nord, les animaux marins peuvent plus ou moins supporter ce court pic. Dans les régions tropicales et subtropicales, mais aussi aujourd’hui dans la mer Méditerranée, ces pics provoquent en revanche le blanchiment des coraux ou la formation d’algues toxiques« , explique M. Seys.

   Si les vagues de chaleur se succèdent, leur impact ne fera qu’augmenter. « Les animaux marins ne sont pas adaptés aux grandes fluctuations. Ils peuvent surmonter les augmentations de courte durée, mais lorsque les vagues de chaleur prévues se produiront plus fréquemment et seront plus intenses, cela posera des problèmes majeurs. Notamment car l’eau chaude contient moins d’oxygène », poursuit M. Seys.

   « La mer du Nord s’est réchauffée de 1,5 degré au cours des 60 dernières années. Pour la vie marine, il s’agit d’un bouleversement majeur et nous pouvons en voir les conséquences chez les poissons et autres organismes. La morue, par exemple, s’est déjà déplacée vers le nord de 50 à 400 kilomètres. Les poissons des régions plus chaudes, comme les sardines et les anchois, viennent ici plus souvent. Ce changement pourrait être un problème majeur, car il restera peu d’animaux dans les zones trop chaudes des tropiques, et il n’y aura pas d’alternative pour les espèces qui sont déjà proches des calottes polaires. »

Partner Content