© Getty Images

Des espèces importantes sur le plan écologique en mer du Nord: « Une découverte surprenante »

Le Vif

Huître plate, corail mou « Alcyon jaune »…: des scientifiques de l’Institut royal des Sciences naturelles ont fait des découvertes surprenantes en mer du Nord, l’une des voies de navigation les plus fréquentées du monde.

Une zone sous-marine abritant une faune à longue durée de vie, reliée à un fond marin composé d’importantes quantités de roches et de pierres, a été découverte en mer du Nord par des scientifiques de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, annonce l’institution ce mardi.

Des espèces importantes sur le plan écologique ont été observées, notamment de nombreuses colonies de corail mou « Alcyon jaune », sous l’une des voies de navigation les plus fréquentées du monde. Le lit de gravier abrite également le premier spécimen vivant d’huître plate européenne découvert sur le fond marin belge depuis des décennies. Cette espèce n’a récemment été trouvée en Belgique que sur des structures artificielles telles que des éoliennes et des murs de quai.

« Compte tenu de la multitude des activités humaines, et de la pêche commerciale en particulier, cette découverte peut être qualifiée de surprenante« , notent les chercheurs de l’Institut royal des Sciences naturelles. « Toutefois, un examen plus détaillé des modes de pêche locaux a montré que les activités se limitent principalement à l’utilisation d’engins passifs, et que le chalutage de fond n’est pratiqué que de manière limitée. Cela suggère que le couloir de navigation très fréquenté joue peut-être un rôle protecteur. »

Protection supplémentaire

Historiquement, les eaux belges sont connues pour leur substrat sableux et leurs lits de gravier, mais leur présence a considérablement diminué au cours des dernières décennies en raison de la pêche et de la « récolte » de pierres pour la décoration ou pour faciliter les activités de pêche. D’autres activités telles que l’exploitation du sable marin et le développement de la production d’énergie renouvelable ont également eu un impact sur l’existence de la faune sous-marine. « La découverte du lit de gravier a été faite dans l’une des trois zones de recherche pour la protection du fond qui ont été définies dans le plan d’aménagement de l’espace marin 2020-2026 », explique le vice-premier ministre et ministre de la mer du Nord, Vincent Van Quickenborne. « Nous allons maintenant donner à ce lit de gravier une protection supplémentaire. » Près de cinq kilomètres carrés de cet espace ont pu être localisés et cartographiés grâce aux instruments océanographiques de pointe à bord de l’ancien navire de recherche belge Belgica.

Partner Content