© Belga

Variole du singe: l’administration du vaccin modifiée aux Etats-Unis pour augmenter le nombre de doses

Le Vif

Les autorités sanitaires américaines ont autorisé mardi une nouvelle procédure d’injection du vaccin contre la variole du singe qui doit permettre de pouvoir vacciner davantage de personnes avec la même quantité de produit, au moment où les doses manquent dans le pays.

L’Agence américaine des médicaments (FDA) a également autorisé l’administration du vaccin chez les individus de moins de 18 ans considérés comme à haut risque d’infection. Pour les plus de 18 ans, le vaccin va désormais pouvoir être administré différemment: via une injection intradermique, entre les couches supérieures de la peau, et non plus sous-cutanée, plus profonde.

Cette nouvelle stratégie doit permettre d’utiliser moins de produit par injection et donc « d’augmenter le nombre total de doses disponibles jusqu’à cinq fois », a déclaré la FDA dans un communiqué. Deux injections à quatre semaines d’écart seront toujours nécessaires.

L’agence a déclaré s’appuyer sur les données d’un essai clinique de 2015 ayant montré que la réponse immunitaire était similaire chez les personnes ayant eu une injection sous-cutanée, par rapport à celles ayant reçu un cinquième de la dose de façon intradermique. A l’heure actuelle, quelque 620.000 doses du vaccin fabriqué par Bavarian Nordic (commercialisé sous le nom de Jynneos aux Etats-Unis) ont été distribuées aux différents Etats américains.

Quelque 440.000 doses supplémentaires doivent encore être réparties et pourraient donc permettre jusqu’à 2,2 millions d’injections sous la nouvelle stratégie. Le gouvernement a également commandé 5 millions de doses supplémentaires, qui commenceront à arriver à partir de septembre et jusqu’en 2023, et auront donc le potentiel de fournir 25 millions de doses.

Les décisions annoncées mardi ont été permises par une autorisation d’utilisation en urgence accordée au vaccin par la FDA – qui fait elle-même suite à la déclaration d’urgence de santé publique dans le pays la semaine dernière face à l’épidémie.

Pour l’autorisation chez les mineurs, la FDA a souligné avoir passé en revue les données de sécurité de ce vaccin, ainsi que celles d’un autre vaccin administré chez les enfants contre la variole. « Nous sommes très confiants quant à la sécurité de cette approche », a déclaré lors d’une conférence de presse Peter Marks, de la FDA, justifiant cette décision par une augmentation récente du nombre d’enfants ayant potentiellement été exposés à des personnes infectées.

Les Etats-Unis enregistrent actuellement près de 9.000 cas de variole du singe, dont un cinquième dans le seul Etat de New York. La vaste majorité des cas concerne des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes.

Partner Content